Gambie: le gouvernement condamne les propos «choquants» de l’ex-président Jammeh

Yahya Jammeh, au pouvoir pendant 22 ans, ne s’était pas exprimé publiquement depuis son départ pour un exil doré en Guinée équatoriale en janvier 2017.

AP- « Choquantes et subversives ». Ce sont les mots employés par le gouvernement gambien pour condamner les déclarations attribuées à l’ancien président en exil à Malabo, Yahya Jammeh. En effet, depuis le week-end dernier, un enregistrement de l’ancien homme fort du pays, en discussion avec les membres de son parti, l’APRC, a fuité et circule sur les réseaux sociaux. Dans cette conversation, Yahya Jammeh affirme que rien ne peut l’empêcher de revenir dans le pays. Avant même la fin d’une enquête interne annoncée par l’APCR sur l’authenticité de cet enregistrement sonore, le gouvernement gambien affiche une certaine fermeté.

Le gouvernement promet d’agir de manière « déterminée » et « à la hauteur » du bilan de Yahya Jammeh. Un bilan marqué, selon ce communiqué, par des « disparitions orchestrées par l’Etat, des kidnappings et des meurtres ».

Jusque-là, le gouvernement était resté très discret, voire muet, sur le cas des disparitions forcées de personnes civiles et d’hommes politiques sous les mandats de l’ancien président, Yahya Jammeh.

Les familles de ces victimes manifestent pourtant ponctuellement leur désarroi face aux lenteurs prises par les enquêtes du gouvernement. Il aura donc fallu cette déclaration pour « pousser » Banjul à sortir de son mutisme et à réaffirmer son engagement à aller jusqu’au bout de ce dossier.

Des allusions menaçantes

Ce communiqué revient en détail sur la portée de la conversation entre Yahya Jammeh et son ancien directeur de campagne, Yankuba Colley. Pour critiquer d’abord « le style » de Jammeh, toujours teinté d’allusions menaçantes.

Et ensuite, pour dire que « ces enregistrements dévoilent en détail les efforts désespérés de l’ancien Président pour rester politiquement pertinent en Gambie ».

Enfin, dans son communiqué, le gouvernement gambien prend à témoin la communauté internationale: il demande à la Cédéao, l’Union européenne et la Guinée Equatoriale (où Yahya Jammeh vit en exil) de « prendre note avec une attention particulière aux efforts subversifs et mal intentionnés » de l’ancien président.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *