Etats-Unis: une ex-conseillère noire accuse Trump de racisme dans un livre

L’alors candidat à la présidentielle Donald Trump et celle qui deviendrait sa directrice de la communication par la suite, Omarosa Manigault, lors d’une cérémonie religieuse à Détroit, le 3 septembre 2016.

AP- Dans un livre à paraître ce mardi 14 août, une ancienne conseillère de Donald Trump accuse le président des États-Unis de racisme. Omarosa Manigault Newman était la seule afro-américaine parmi les plus hauts conseillers de la Maison-Blanche. Licenciée en décembre dernier, elle se retourne contre celui qu’elle appelait autrefois son ami et assure désormais que Donald Trump a utilisé plusieurs fois le mot « nigger ». Des allégations vigoureusement démenties par la Maison-Blanche.

C’est une ancienne candidate de l’émission de télé-réalité « The Apprentice », animée par Donald Trump en 2004. Une fois élu, le président a fait de cette Afro-Américaine sa conseillère en communication. Elle devient alors la seule noire de son proche entourage. Mais en décembre, Omarosa est licenciée avec fracas par la Maison Blanche.

Silencieuse depuis elle, revient cette semaine avec un livre brulot dans lequel elle accuse Donald Trump de racisme, de sectarisme et de misogynie. Interviewée à la télévision, Omarosa assure que Donald Trump a plusieurs fois utilisé le mot « nègre », insulte raciste tellement taboue pour les blancs américains qu’elle se prononce aujourd’hui uniquement par sa première lettre « N word ». Selon elle, il en existerait même un enregistrement.

« J’ai entendu sa voix aussi clairement que je vous entends. Sa façon de parler dans cet enregistrement confirme qu’il est clairement un raciste », dit-elle lors de l’interview.

Un livre publié un an après les violences de Charlottesville

À plusieurs reprises depuis son élection, Donald Trump a été accusé de racisme. Notamment, il y a un an, après les violences entre suprématistes blancs et antiracistes de Charlottesville qu’il avait refusé de condamner.

À chaque fois, l’ex-conseillère l’avait vigoureusement défendu. « J’ai été complice, je le regrette », dit-elle aujourd’hui. Autant d’accusations balayées ce dimanche 12 août par la porte-parole de la Maison-Blanche qui dénonce des mensonges d’une ancienne conseillère aigrie.

 
Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *