2ème tour de l’élection présidentielle : Le Réseau APEM recommande une réforme profonde du processus électoral

Dramane Diarra

Bamako, AP- De l’ouverture des bureaux de vote, au déroulement des opérations de vote jusqu’à la clôture, 202 observateurs ont été déployés sur le terrain par le Réseau APEM pour suivre l’élection du 2ème tour du tout nouveau président de la République du Mali. Le président du Réseau, M. Dramane Diarra a fait le point de la situation et a fait également des recommandations. C’était au siège de l’organisation, le mardi, 14 août 2018.

Le président du Réseau APEM a estimé que les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures, en général, soit environ 99% des bureaux de vote observés ; les membres des bureaux étaient présents dans l’ensemble. Selon lui, il y a eu moins d’absence et de retard qu’au premier tour. Aussi, les 2 candidats en lice étaient assez bien représentés, surtout dans les grands centres urbains et l’isoloir était bien disposé dans l’ensemble et l’urne visible, a-t-il fait savoir. Concernant le déroulement des opérations de vote, du processus d’identification, à l’usage de l’encre, l’assistance des Personnes Handicapées, la présence des forces de sécurité tout s’est bien déroulé selon le président du réseau APEM.

Il dira qu’aucun incident n’a été signalé et il n’y avait pas non plus de campagne. Cependant, il a noté des attroupements autour des centres de vote. Et, au président du Réseau d’affirmer que le déroulement du scrutin s’est amélioré sensiblement par rapport au premier tour quant à l’apaisement du climat, et la maîtrise des procédures. Quant à la clôture et le dépouillement du scrutin, M. Diarra a soutenu, l’observation des règles édictées par le code électoral. Il a apprécié le travail confié à la commission de centralisation, c’est-à-dire les gouverneurs et les préfets. En termes de recommandations, le président du réseau APEM, a invité l’ensemble des acteurs de la chaîne sécuritaire pour le maintien de la sécurité dans une bonne partie du pays mais a exhorté les autorités à étendre la couverture aux localités victimes d’attaques lors du premier tour pour permettre à celles n’ayant pu voter (720 bureaux de vote équivalant à une moyenne de (288 électeurs, soit plus que les électeurs des régions de Gao : 251. 673). Il a exhorté les acteurs à la gestion consensuelle du processus etc. En termes de recommandations, le président du réseau APEM a demandé une réforme profonde du processus électoral, notamment la mise en place d’un organe unique de gestion impartial des élections dès les premiers mois d’exercice du nouveau Président de la République ; la constitution d’un fonds électoral permanent ; la mise en œuvre de campagnes permanentes d’éducation civique et éviter toute organisation du scrutin dans les zones sous emprise des seuls groupes ou mouvements armés, sachant qu’ils font allégeance à tel ou tel candidat

Fakara Faïnké

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *