France: Jean-Luc Mélenchon convoqué à l’Office de lutte contre la corruption

Jean-Luc Melenchon, chef du parti politique français Insoumise, de l’opposition d’extrême gauche, lors d’une question à la séance du gouvernement à l’Assemblée nationale à Paris, le 16 octobre 2018.

AP- Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise (LFI), sera entendu jeudi matin en audition libre à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières. Le parquet de Paris a par ailleurs ouvert mercredi contre Jean-Luc Mélenchon une procédure pour violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, notamment, après une perquisition houleuse au siège de La France insoumise. L’exécutif se dit «choqué» par Mélenchon. La France insoumise dénonce une procédure politique.

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise (LFI), sera entendu jeudi matin en audition libre à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières à Nanterre dans le cadre de deux enquêtes préliminaires sur des emplois présumés fictifs d’assistants au Parlement européen et sur les comptes de campagne lors de la présidentielle 2017.

Mardi, les Insoumis en colère ont contesté une opération de police. Le parquet de Paris a ouvert une enquête après la perquisition dans les locaux de la France insoumise et au domicile de Jean-Luc Mélenchon. Le député a vivement réagi à l’arrivée des policiers et des magistrats, le tout sous l’oeil des caméras.

Sur des vidéos, on voit Jean-Luc Mélenchon appeler ses proches à « enfoncer la porte » pour entrer au siège parisien de LFI, où une perquisition est en cours. On le voit également bousculer un représentant du parquet ainsi qu’un policier qui s’interpose.

Ce mercredi, le gouvernement a condamné ces actes de « violence ». Dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale à l’occasion des questions au gouvernement, Le Premier ministre Edouard Philippe a critiqué le comportement de Jean-Luc Mélenchon.

Les images que j’ai vues étaient d’une très grande violence à l’égard de fonctionnaires de police qui exerçaient leur mission, d’une très grande violence à l’égard de procédures qui ne relèvent pas du gouvernement…

Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, a également critiqué le comportement de Jean-Luc Mélenchon :.« Je trouve choquant qu’un député de la République et candidat à l’élection présidentielle pousse physiquement un magistrat. Quelle image donne-t-il à la jeunesse de notre pays. Quel respect des institutions offrons-nous. Et lorsque nous sommes élus de la République, membres du gouvernement, députés, parlementaires, élus, nous devons avoir un comportement exemplaire. », a-t-il notamment déclaré, tout en ajoutant « Jean-Luc Mélenchon, il est républicain quand cela l’arrange et manifestement hier cela ne l’arrangeait pas ».

Pour Nicole Belloubet, ministre de la Justice, l’attitude de Jean-Luc Mélenchon est indigne. « Les images que nous avons vues qui semblent faire primer le coup de force sur loi, qui semblent  démentir l’existence d’une indépendance de la justice, je le dis me semblent choquantes et inacceptables ».

Dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale à l’occasion des questions au gouvernement, le député de la France Insoumise Alexis Corbières dénonce une procédure politique.

Nous ne réclamons aucune faveur, nous voulons la justice. Hier le mouvement France insoumise a été traité comme s’il s’agissait d’une association de malfaiteurs. 10 heures de perquisitions, des données personnelles, des photos de vacances, des agendas. Pourquoi ? Nous réclamons justice, c’est une question de principe pour tous, y compris pour vous. Nous constatons que le procureur n’a même pas souhaité ouvrir une enquête préliminaire sur les comptes de campagne de la République en marche. Ni les locaux, ni le domicile de son président, monsieur l’actuel ministre de l’Intérieur n’ont été perquisitionnés.

Une enquête pour « menaces » et « violences » sur des policiers et des magistrats a été ouverte par le parquet de Paris. Le leader de la France insoumise lui ne regrette rien.

Mercredi les syndicats de police Alliance et Alternative Police-CFDT ont dénoncé une attitude « inacceptable », en appelant Christophe Castaner à porter plainte, tandis que SGP Police-FO a réclamé « des excuses publiques » au chef de file de La France insoumise.

La France insoumise annonce qu’elle s’apprête à porter plainte contre X pour des violences dont auraient été victimes certains « insoumis » lors des évènements.

Un à un les cadres de la France insoumise font le tour des médias pour dénoncer une opération politique, disproportionnée avec près de 100 policiers mobilisés pour une dizaine de perquisitions.. Selon eux.. la colère expliquerait l’attitude violente de Jean-Luc Mélenchon qui a été filmée. Le tribun lui, ne regrette pas.

« Le sujet n’est pas mon comportement. Je suis dans mon bon droit. C’est un acharnement qui est  destiné à nos impressionner. Demandez-vous ce que ça fait  de voir arriver chez vous trois, quatre hommes le matin…Bon, le ton est monté, voilà ».

L’affaire est commentée par les autres forces politiques. Et pour Philippe Gosselin, député Les Républicains, si la forme est ahurissante, le fond mérite débat. « Quand j’ai vu les images, j’ai trouvé franchement un peu hystérique, pas au sens médical du terme, mais un tout cas complètement excessif Mélenchon. Même s’il pose une vraie question : comment et dans quelles conditions la justice peut-elle perquisitionner, rentrer dans des locaux d’un parti  politique ». Désormais selon lui il faut calmer les esprits. Jean-Luc Mélenchon aussi affirme vouloir éviter l’escalade judiciaire.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *