Afghanistan: malgré le chaos sanglant, le vote se poursuit ce dimanche

A Kaboul, ces hommes attendent de voter sous haute protection, le 20 octobre 2018.

AP- Les élections se poursuivent en Afghanistan, ce dimanche 21 octobre. Une deuxième journée de vote car, hier, plusieurs centres électoraux n’ont pas pu ouvrir pour des raisons de sécurité ou de logistique. Le scrutin est donc prolongé, le climat de terreur aussi. Hier, 192 incidents ont été rapportés à travers le pays. Les talibans, qui ne reconnaissent pas le gouvernement, sont contre le processus électoral. Ils ont mené plusieurs attaques meurtrières. Selon le dernier bilan officiel, au moins 36 personnes ont été tuées, une centaine d’autres blessées.

Des soldats patrouillent en ville, des policiers armés de fusils-mitrailleurs sont postés à l’entrée des bureaux de vote. Des agents des services de renseignement sont aussi déployés. Cela rassure certains électeurs, mais pas tous. Mumtaz est allée voter hier, mais elle n’avait pas l’esprit tranquille : « La sécurité est bonne. Il y a beaucoup de soldats, de nombreuses voitures de police patrouillent. Mais quand une personne se rend au bureau de vote, elle n’est pas fouillée sur le chemin, mais seulement à l’entrée. N’importe quel kamikaze peut arriver à la porte et faire exploser sa bombe ».

Attaque kamikaze

Ce que décrit cette femme est hélas arrivé. Une attaque kamikaze a eu lieu dans un bureau dans le nord de Kaboul en fin de journée. Il y a eu également plusieurs explosions, plusieurs attaques à des barrages de police et à des bureaux de vote à travers le pays.

Aujourd’hui, les risques sont les mêmes. Sur le plan logistique, la Commission électorale indépendante (IEC) a promis de rattraper le coup. Parmi les 1 000 bureaux de vote qui n’ont pas pu ouvrir leurs portes, plusieurs sont restés portes closes pour des raisons logistiques.

Inadmissible, ont réagi plusieurs candidats. Le chef de l’Exécutif a estimé que ces couacs auraient pu être évités. Mais ce scrutin, reporté plusieurs fois, a été organisé dans l’urgence parce que le processus a pris du retard en raison de tensions politiques et de tensions au sein de la Commission électorale.

Mieux que rien

Le système biométrique a été mis en œuvre à la dernière minute. Ce scrutin comporte de nombreuses failles. Tout le monde s’y attendait, y compris les autorités afghanes qui, encouragées par la communauté internationale, ont estimé que des élections imparfaites étaient mieux que rien.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *