«Football Leaks 2»: révélations sur un «dopage financier» du PSG aidé par l’UEFA

Le président du PSG Nasser Al-Khelaifi, ici le 20 mai 2018.

AP- Des documents publiés ce vendredi après-midi par le site d’investigation Mediapart et d’autres médias européens tendent à prouver que le Paris Saint-Germain a violé très nettement les règles du fair-play financier de l’UEFA et aurait dû être exclu des compétitions européennes.

Les documents publiés par Mediapart ne sont qu’un début. Mais ils sont déjà accablants pour le Paris Saint-Germain, l’actuel président de la Fifa Gianni Infantino et le Qatar.

L’affaire remonte à 2011, lorsque le Qatar s’offre le club parisien. Les documents montrent que l’émirat y a investi depuis un 1,8 milliard d’euros. Un investissement massif qui va à l’encontre des règles du fair-play financier instauré par l’UEFA alors dirigée par Michel Platini et Gianni Infantino. Pour couvrir cet investissement massif et illégal, le PSG et le Qatar se cachent derrière des contrats de sponsoring notoirement surévalués.

Mediapart, qui parle de « dopage financier », affirme que le Paris Saint-Germain aurait dû être exclu des compétitions européennes. Afin d’éviter une sanction qui semblait inévitable, Platini et Infantino proposent dès 2014 au PSG une solution politique avec quelques sanctions financières qui n’empêchent pas le club parisien de continuer à investir.

L’actuelle direction de l’UEFA, avec à sa tête Aleksander Ceferin, a continué sur la même voie pour aboutir à ce que Mediapart qualifie de « décision bancale » puisque le PSG se retrouve blanchi et échappe aux sanctions disciplinaires. Une impunité que les actuelles révélations pourraient remettre en cause.

Alors que d’autres révélations devraient suivre, des questions se posent au sujet de cette « fuite » de documents dont parle Mediapart. Depuis plusieurs jours, le milieu du football bruissait de rumeurs concernant une vaste opération de piratage informatique menée par des hackers dans les grands clubs et dans les instances du football telles que la Fifa ou l’UEFA.

Dès lors, un problème éthique se pose : ces hackers ont-ils été engagés par les médias en question pour mener à bien leurs opérations ? Dans cette volonté de transparence, il serait utile que les médias expliquent précisément en quoi a consisté cette fuite de documents.

Réaction du PSG

Le Paris SG « s’est toujours strictement conformé aux lois et réglementations en vigueur et dément fermement les allégations publiées ce jour par Mediapart », indique le club vendredi soir dans un communiqué.

Le contrat avec l’Office de tourisme du Qatar (QTA) « est connu de l’UEFA et du grand public depuis 2014. En 2014, l’UEFA a confirmé que notre contrat avec l’office du tourisme du Qatar assurait la promotion et le rayonnement du pays », précise le club, qui ajoute : « Le principe de ce contrat est simple: aujourd’hui, les résultats positifs du PSG sont systématiquement associés au Qatar et profite directement à son image. Depuis la mise en place du fair-play financier, le Paris Saint-Germain a été l’un des clubs les plus audités et les plus surveillés de l’histoire ».

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *