La Mauritanie exclue de l’AGOA: incompréhension face à la décision américaine

Nouakchott, la capitale mauritanienne.

Nouakchott, AP- Le gouvernement mauritanien se dit surpris par la décision du président américain, annoncé ce week-end, d’exclure la Mauritanie dès le premier janvier 2019, de l’AGOA (African Growth and Opportunity Act, Loi sur le développement et les opportunités africaines), un système permettant un accès des produits africains au marché américain. Donald Trump justifie cette décision par la persistance de pratiques esclavagistes en Mauritanie. Une appréciation rejetée par Nouakchott.

Dans un communiqué rendu public lundi soir à Nouakchott, le ministère mauritanien des Affaires étrangères rappelle que la Mauritanie a fourni particulièrement ces dernières années de grands efforts en vue d’éradiquer les séquelles de l’esclavage et a réalisé des résultats importants. Pour le gouvernement mauritanien, la décision américaine ne peut être motivée que par des informations erronées, recueillies auprès de sources partisanes et sans crédibilité.

La Mauritanie, comme un grand nombre de pays, a connu l’esclavage, mais ce phénomène a disparu de la société mauritanienne et les séquelles qui ont subsisté sont en voie d’éradication, affirme le ministre mauritanien des Affaires étrangères. Affirmation réfutée par les organisations anti-esclavages, à l’exemple de SOS esclaves et de l’Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), qui soutiennent que l’esclavage est une réalité en Mauritanie.

La Mauritanie a demandé l’annulation de la sanction prise par le chef de l’exécutif américain, Donald Trump. Une demande transmise à l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique à Nouakchott à la faveur d’une rencontre au ministère des Affaires étrangères ce lundi matin, rencontre au cours de laquelle le chef de la diplomatie mauritanienne a fait part des préoccupations de son pays.


■ Quel impact pour le pays ?

L’image de la Mauritanie va être diplomatiquement abîmée, mais le pays perdra peu économiquement de cette exclusion de l’AGOA. L’absence d’une industrie manufacturière fait que la Mauritanie n’exporte vers les Etats-Unis que des hydrocarbures, des phosphates et des produits de la pêche, pour un volume insignifiant, qui n’est pas communiqué. Mais selon les statistiques officielles, la Mauritanie a exporté l’année dernière outre-Atlantique pour 1,5 million de dollars, contre 91 millions de dollars de marchandises importées des Etats-Unis.

Son retrait de l’AGOA n’a donc qu’une portée symbolique. Washington se sert de cet accord commercial comme d’un moyen de pression : le pays exclu devant ainsi payer entre 32% et 36% de droits de douane pour ses exportations, pour des marchandises auparavant non taxées à l’entrée du territoire américain.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *