Attaque à Strasbourg: qu’est-ce que le plan «urgence attentat»?

Des forces spéciales de police ont été déployées à Strasbourg dans la nuit de mardi à mercredi pour rechercher l’auteur des tirs du mardi 11 décembre 2018, dans le centre de la capitale alsacienne.

AP- Sur décision du gouvernement, le niveau « urgence attentat » a été déclenché sur toute la France après l’attaque à Strasbourg, mardi 11 décembre au soir. Il s’agit du niveau le plus élevé du plan Vigipirate, permettant aux autorités la mobilisation de moyens exceptionnels.

A la suite de l’attaqueà Strasbourg du mardi 11 décembre, qui a fait deux morts, une victime en état de mort cérébrale, et 12 blessés, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé dans la nuit le passage au niveau « urgence attentat » du plan Vigipirate.

Alors que le suspect, un Strasbourgeois de 29 ans fiché S, est toujours en fuite, ce niveau de vigilance maximale permet aux autorités la mobilisation de moyens exceptionnels, afin de prévenir tout risque de nouvel attentat.

Le niveau le plus élevé du plan Vigipirate

Le passage en « urgence attentat » entraîne « la mise en place de contrôles renforcés aux frontières et des contrôles renforcés sur l’ensemble des marchés de Noël en France pour éviter le risque de mimétisme », a annoncé Christophe Castaner.

Ministère de l’Intérieur

@Place_Beauvau

Le niveau urgence attentat du plan concerne l’ensemble du territoire.
Il comprend des mesures exceptionnelles pour prévenir tout risque d’attentat imminent ou de sur-attentat. ⬇️

612 personnes parlent à ce sujet

Il s’agit du niveau le plus élevé du plan Vigipirate. Il permet notamment aux autorités « la mobilisation exceptionnelle de moyens » le temps de la recherche d’un assaillant, selon le site dédié du gouvernement. « Le niveau urgence attentat peut être mis en place à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action », précise le site.

Le dispositif de sécurité Sentinelle, mis en place pour lutter contre la menace terroriste au lendemain de l’attaque contre Charlie Hebdo en janvier 2015, va être augmenté dans les 24 heures, selon les autorités. Dans ce cadre, 7 000 militaires sont déployés en permanence, et 3 000 autres sont mobilisables à tout instant pour renforcer ponctuellement la protection.

Quelle différence avec l’état d’urgence ?

La garde des Sceaux Nicole Belloubet a estimé ce mercredi 12 décembre sur Public-Sénat que la France pouvait « réagir » après l’attaque de Strasbourg « sans avoir à déclencher l’état d’urgence ».

Contrairement au niveau « urgence attentat » du plan Vigipirate, relevant du dispositif français de lutte contre le terrorisme, l’état d’urgence est un régime d’exception. Il a été institué par une loi du 3 avril 1955 au moment de la guerre d’Algérie.

Déclaré sur tout ou partie du territoire en cas de péril imminent, l’état d’urgence avait été notamment mis en place après les attentats jihadistes de Paris en novembre 2015, puis avait été levé le 1er novembre 2017.

 Attaque à Strasbourg: ce que l’on sait

Fusillade à Strasbourg – RFI en édition spéciale de 7h10 à 7h30avec Gérald Arboit, historien, directeur de recherches au sein du Centre français de recherches sur le renseignement, Valérie Debord, vice-présidente de la région du Grand Est12/12/2018 – par RFIÉcouter
Fusillade à Strasbourg – RFI en édition spéciale de 8h10 à 8h30avec Olivier Chopin, enseignant-chercheur à l’Ecole Européenne de Sciences Politiques et Sociales (Lille).
Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *