Liban: tensions avec Israël qui reprend la construction d’un mur frontalier

Des soldats de la Finul en poste à la frontière entre le Sud-Liban et Israël (photo d’archives).

AP- La reprise par Israël de la construction d’un mur en béton le long de sa frontière avec le Liban a ravivé la tension entre les deux pays. Beyrouth a dénoncé une atteinte à sa souveraineté territoriale et a saisi le Conseil de sécurité des Nations unies.

La construction par Israël d’un mur frontalier en béton, censé le protéger contre d’éventuelles incursions de combattants du Hezbollah en cas de nouvelle guerre, s’est poursuivie vendredi 11 janvier. Le Liban affirme qu’une partie de cet ouvrage passe par son territoire, ce qui constitue une « violation de sa souveraineté nationale », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères à Beyrouth.

Le président de la République Michel Aoun a convoqué vendredi le Conseil suprême de défense, la plus haute instance militaire et sécuritaire du pays, pour examiner les mesures à prendre.

Sur le terrain, l’armée libanaise a déployé des unités à l’endroit où se déroulent les travaux. Soldats libanais et israéliens ne sont séparés que de quelques mètres, sous l’œil vigilant des casques bleus de la Finul, présents sur place pour éviter que la situation ne dégénère.

Accentuant sa pression, Israël a déployé son aviation, qui a survolé une grande partie du territoire libanais vendredi, en même temps que des drones aperçus au-dessus de Beyrouth.

Sur le plan diplomatique, le Liban a chargé sa représentante permanente à l’ONU de saisir le Conseil de sécurité. La reprise de la construction du mur intervient alors que les Israéliens poursuivent depuis des semaines l’opération « bouclier du Nord », visant à localiser des tunnels qui auraient été creusés par le Hezbollah entre le Liban et Israël.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *