Face à l’attaque israélienne, les défenses anti-aériennes syriennes se sont mises en action, ce 21 janvier 2019.

AP- Israël accuse l’Iran d’être directement responsable du regain de tension des dernières 24 heures à la frontière israélo-syrienne. Un porte-parole israélien indique que l’armée va continuer ses opérations avec détermination pour contrecarrer l’enracinement de l’Iran en Syrie tout en mettant en garde les forces syriennes. Ce qui laisse prévoir de nouveaux incidents dans ce secteur.

On peut dire que l’escalade militaire se poursuit à la frontière nord d’Israël et dans le ciel de la Syrie. Deux frappes israéliennes en moins de 24 heures. Et un missile sol-sol tiré depuis la Syrie et intercepté par le système Dôme de Fer. Pour le porte-parole de l’armée israélienne l’engin a été tiré par la force iranienne Al-Qods opérant en Syrie.

La riposte n’a pas tardé : l’aviation israélienne a ciblé la nuit dernière des positions iraniennes en Syrie. Probablement le raid israélien le plus important de ces dernières années. Parmi les objectifs visés, selon l’armée israélienne, des hangars de munitions, un site situé sur l’aéroport international de Damas, un site de renseignement iranien et un camp d’entraînement militaire iranien.

Dans un communiqué, l’armée israélienne souligne que l’Iran « offre une preuve irréfutable de ses intentions réelles de s’enraciner en Syrie » ; pour les Israéliens il s’agit d’une menace directe qu’ils n’arrivent pas à contrer. Et la question que les médias se posent désormais : dans quelle mesure les frappes israéliennes ont reçu le feu vert de la Russie.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *