Dans la «France oubliée»: un désert médical aux portes de Paris

Ballancourt-sur-Essonne, au sud de Paris, compte quatre médecins généralistes, dont l’un est sur le départ.

AP- La désertification médicale est devenue l’un des aspects majeurs du malaise français. A Ballancourt-sur-Essonne, à 47 kilomètres au sud de Paris, les quatre derniers médecins généralistes de la commune soignent à flux tendu. Première étape d’un itinéraire dans la « France oubliée ».

Planté entre deux ronds-points au milieu d’une zone industrielle maussade, le cabinet des docteurs Sibi-Dureuil, Villeneuve et Bothner est encore vide de patients. Plus pour longtemps. Il est 8h40 et dans la loge de Maguy Janas, le téléphone sonne en continu. « Il commence à sonner à 7h, c’est automatique », précise la secrétaire médicale. Jusqu’à midi, c’est elle qui est en première ligne, à batailler avec les emplois du temps et des appels incessants. Elle écoute, évalue, oriente. Efficace. « Pour les gens qui appellent, c’est toujours urgent. Alors il a fallu que je m’endurcisse, que j’apprenne à dire non, confie-t-elle. Mais aujourd’hui, quand je préviens qu’on ne prend pas de nouveaux patients, les gens ne sont pas surpris. » Epinglée sur un tableau de liège, une affichette informe les malades que le départ du docteur Bothner est reporté au mois d’octobre 2019.

L’année dernière encore, le cabinet accueillait quatre généralistes. La situation n’était pas particulièrement confortable, mais pas non plus complètement alarmante. Et puis l’une d’eux a fait ses valises. Burn out. Direction le Lot. Sur la carte de l’agence régionale de santé (ARS), Ballancourt-sur-Essonne s’est soudain colorée de rouge. A l’instar de 84 autres communes du département, cette petite ville de 7 500 habitants est devenue une « zone d’intervention prioritaire », un de ces endroits où l’ARS et l’Assurance maladie sortent le grand jeu pour attirer de nouveaux praticiens. Tout arrivant se voit ainsi proposer une aide à l’installation de 50 000 euros et une rémunération mensuelle garantie de 6 900 euros bruts pendant deux ans. Seules conditions : exercer quatre jours par semaine, réaliser 165 consultations par mois et rester sur place pendant cinq ans.

Mais en un an, rien n’a changé à Ballancourt-sur-Essonne. « Ces aides n’ont aucun impact dans les recrutements », constate le docteur Renaud Sibi-Dureuil. « Avant, c’est le premier argument que je faisais valoir. J’ai arrêté », renchérit son confrère, le docteur Frédéric Villeneuve. A les entendre, la médecine libérale et ses journées à rallonge ne font plus recette auprès des jeunes. Ou alors seulement en bord de mer. « Le cliché du médecin dont la femme reste à la maison a vécu. Maintenant, on s’installe là où son conjoint peut aussi du trouver du boulot », remarque le docteur Villeneuve.

Moins de médecins, plus de malades

Comme le reste de la France, la commune subit de plein fouet la chute de la démographie médicale. Les départs en retraite de toute une génération de baby-boomers sont passés par là. Et le numerus clausus à l’entrée de la faculté de médecine n’a rien arrangé. « On a voulu former moins de médecins pour dépenser moins. Mais il n’y a pas moins de malades », peste Renaud Sibi-Dureuil.

Ce serait même le contraire. Depuis quelques années, lui et ses confrères voient émerger de nouvelles pathologies. Des maladies chroniques, comme le cholestérol ou le diabète, qui nécessitent des consultations fréquentes et plus poussées. Mais aussi les conséquences de la maltraitance au travail. Des gens placardisés, humiliés ou en surchauffe, qui finissent par lâcher. Sans parler de tous ceux qui se précipitent chez le médecin après s’être trouvée une maladie grave sur Internet. Résultat : les docteurs Sibi-Dureuil, Villeneuve et Bothner suivent plus de 2 000 patients chacun, soit le double de la moyenne nationale.

Pendant les consultations, le temps et la parole sont donc comptés. Il faut faire vite, aller à l’essentiel. « Vous savez au bout de combien de temps un médecin coupe la parole à son patient ? », demande Frédéric Villeneuve. Aucune idée. « Dix secondes. » « Une de nos internes a découvert que certaines de nos patientes étaient battues ou souffraient d’alcoolisme. Simplement parce qu’elle leur avait posé la question. Cela a révélé nos insuffisances », avoue-t-il.

Une maison médicale comme remède miracle

Il est 11h05 et la salle d’attente est maintenant pleine. Certains hésitent à rester debout. Un papa toque au carreau de la secrétaire, un peu inquiet. « Est-ce que c’est ma fille que le docteur Villeneuve a appelée ? Parce qu’on a mal entendu et du coup, c’est quelqu’un d’autre qui est entré. » Maguy Janas le rassure : l’enfant est la prochaine à passer. Nathalie Paon est venue d’Ormoy, à huit kilomètres de là, pour faire renouveler son arrêt de travail. Elle aurait pu aller à Mennecy, c’est bien plus près. Mais à Mennecy, les médecins ne prenaient plus de nouveaux patients. En attendant son tour, cette aide-soignante raconte le cas de son fils asthmatique qu’elle doit désormais conduire aux urgences d’Evry lorsqu’il est pris d’une crise, faute de place chez le généraliste. « Là-bas, il faut compter six heures avant d’être pris en charge », dit-elle. « Au mieux ! », s’exclame sa voisine.

« J’ai des voisins qui viennent de s’installer et qui m’ont demandé comment on faisait pour trouver un médecin ici », raconte Yves Couchouron, fleuriste à la retraite. Car pendant que les praticiens partent, la municipalité construit à tout-va. Deux cent cinquante nouveaux logements ont vu le jour ces dernières années, soit près de 800 habitants encouragés par des prix au mètre carrés attractifs. Mais à l’arrivée, cela a été la douche froide. « Quand ils ont constaté qu’il était compliqué d’obtenir un rendez-vous chez le médecin, ça a provoqué un certain émoi », euphémise Pierre Semur, premier adjoint au maire, joint par téléphone. Avec 250 autres logements en cours de construction, la situation pourrait se compliquer davantage. Et compromettre la reconduction du maire lors des prochaines élections.

Afin d’éviter un tel scénario, la municipalité promet d’ici un an une maison médicale pour attirer de nouveaux généralistes. Elle accueillerait ceux déjà présents dans la commune et des paramédicaux. Pour de jeunes diplômés de plus en plus séduits par le modèle salarial et le travail en équipe, le projet pourrait être alléchant. Mais il semble compromis. L’un des médecins aurait déjà refusé. Le docteur Sibi-Dureuil, lui, hésite à abandonner ce cabinet dont il est propriétaire. Louer est compliqué et pas question de vendre à perte. Sans compter que devenir salarié ne l’enchante guère. Pas sûr de pouvoir continuer à opérer comme il l’entend.

Maguy Janas, elle, s’inquiète. La laissera-t-on travailler dans cette nouvelle structure ? Ce n’est pas évident de retrouver une place quand on a 60 ans. Sinon, elle devra revendre sa maison. Il est 12h, sa journée de travail est terminée. Les médecins finiront quant à eux la leur à 20h. Comme chaque jour.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *