Rejet de l’accord de Brexit: Theresa May plie mais ne rompt toujours pas

La Première ministre britannique Theresa May, le 12 mars 2019 au Parlement.

AP- Mardi 12 mars, devant la Chambre des communes, Theresa May, la voix fatiguée, a regretté la décision des parlementaires britanniques. Par 391 voix contre 242, ils ont rejeté l’accord de sortie de l’Union européenne conclu à l’arrachée par la Première ministre lundi à Strasbourg. Second refus en deux mois. A 16 jours de la date officielle du Brexit, le Royaume-Uni est plongé dans une immense incertitude.

Dès aujourd’hui mercredi, au lendemain du rejet de l’accord arraché par Theresa May auprès du président de la Commission européenne, les parlementaires britanniques doivent dire s’ils souhaitent une sortie de l’UE sans accord. Et si le « non » l’emporte, ils devront alors voter jeudi pour un report du Brexit.

L’Union européenne a bien évidemment suivi ce vote avec attention. Le Parlement est actuellement réuni à Strasbourg. « Ce n’est pas parce que nous nous nous attendions à ce résultat que nous n’en sommes pas profondément préoccupés », confiait mardi soir l’eurodéputée française Nathalie Griesbeck (MoDem).

Un sentiment largement partagé au Parlement, constate notre envoyé spécial à Strasbourg, Quentin Dickinson. Pour le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas par exemple, nous sommes tout bonnement en train de glisser sur la pente fatale qui mène au « Brexit dur », c’est-à-dire sans accord préalable.

Les députés britanniques libres de leur choix

Ce mercredi, Theresa May devrait proposer la nouvelle motion aux Communes, à qui il sera demandé de se prononcer sur ce Brexit sans accord. Selon toute probabilité, cette hypothèse sera elle aussi rejetée, mais sans que l’on aperçoive par quels moyens les parlementaires pourraient l’empêcher de se produire.

« Il doit y avoir un nouveau vote pour savoir si les députés soutiennent un « no deal », une sortie de l’Union européenne sans accord. Ce qui supposerait de retomber sur les règles de l’OMC. Il est très peu probable qu’une majorité des députés aillent dans cette direction », estime la politologue Sophie Heine.

Pour la chercheure associée à l’université d’Oxford, « ce qu’il est important de souligner, c’est que les députés auront un véritable choix. Ils pourront décider en âme et conscience, il n’y aura pas de consigne de vote de la part de Theresa May ». Une liberté que Sophie Heine attache à la tradition britannique.

UK Prime Minister

@10DowningStreet

WATCH LIVE: PM @Theresa_May makes a statement following the Meaningful Vote https://www.pscp.tv/w/b1f-gzIyOTU1OTR8MUx5eEJ5b0RuYmJKTjNHDpmKR1XDGbg9xKX9sJuITC8lq31ALKO3_Cx8L7Lg 

439

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

UK Prime Minister @10DowningStreet

WATCH LIVE: PM @Theresa_May makes a statement following the Meaningful Vote

pscp.tv

994 personnes parlent à ce sujet

Accélérer la mise en place de mesures d’urgence

« Après sa tentative de mettre beaucoup de pression les membres de son propre parti, en créant une atmosphère de tension, je pense que c’est quelque part une façon d’accepter le jeu de la démocratie parlementaire », dit Mme Heine. Un parlementaire doit en effet suivre son électorat, mais aussi sa conscience.

De son côté, le négociateur en chef de la partie européenne, le Français Michel Barnier, ne se fait aucune illusion : pour lui, il faut maintenant accélérer la mise en place de mesures d’urgence destinées à atténuer le chaos que ne manquera pas de déclencher une absence d’accord dans 17 jours exactement.

D’autant que sans accord, rappelle M. Barnier, pas de période de transition. Lors d’un dernier vote, la Chambre sera alors amenée à demander à Mme May de retourner chez Donald Tusk et Jean-Claude Juncker pour solliciter une prolongation de la période de deux années, qui prend fin le 29 mars prochain.

Theresa May peut-elle espérer un troisième vote ?

Les Vingt-Sept, dont l’unanimité est requise pour ce faire, ne sont pas opposés par principe à ce recours. Mais ils y mettront trois conditions : que Londres dise pour quel objectif, pour quelle durée et avec quelle chance de succès. On reste aujourd’hui très loin des réponses concrètes qu’exigent ces questions.

De nombreux députés ont déjà indiqué qu’ils ne permettraient pas un « no deal », une sortie sans accord du bloc européen, relate notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix. On s’attend donc à ce que le Parlement rejette un divorce avec une coupure des liens nette, la solution préférée des ultra-brexiters.

Que veut le Parlement : des élections anticipées, sortir avec un autre accord, ou organiser un second référendum ? Les députés n’arrivent pas à trouver de majorité en faveur d’un scénario. Mme May continue donc de brandir son accord, qu’elle ne désespère pas de proposer au vote une 3e fois en ultime porte de sortie.

A Londres, la presse s’interroge sur l’avenir du pays et de Theresa May

« Jusqu’à quand le pays peut-il encore endurer ça ? », s’interroge en Une le Daily Express, tandis que le quotidien en ligne The i estime la situation « hors de contrôle ». Pour le Guardian, le Mirror et le Financial Times, avec cette seconde défaite « humiliante », les députés ont infligé un nouveau coup à l’autorité déjà « en lambeaux » de Theresa May. Et il semble quasiment sûr désormais que la sortie de l’Union européenne sera repoussée.

Pour le Financial Times, il est temps que le Parlement reprenne le contrôle et se dirige vers un Brexit plus doux, une sortie en conservant des liens plus proches avec l’UE. Nombre de journaux s’interrogent aussi ouvertement sur la survie de la Première ministre. L’une des éditorialistes du très eurosceptique Telegraph écrit que le pays a besoin d’un nouveau dirigeant « audacieux », capable de négocier avec « cran, vision et du cœur au ventre ».

M.D

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *