Pyongyang se retire du bureau de liaison intercoréen et fait pression sur Séoul

La Corée du Nord s’est retirée du bureau de liaison intercoréen qu’elle avait inauguré en septembre 2018 avec la Corée du Sud.

AP- La Corée du Nord vient d’annoncer qu’elle se retirait du bureau de liaison intercoréen, opéré conjointement avec la Corée du Sud dans la ville frontalière de Kaesong. Ce bureau avait été mis sur pied en septembre dernier ; il servait à faciliter la communication entre les deux frères ennemis, et sa création était l’une des principales avancées de la détente initiée sur la péninsule l’année dernière. Ce retrait nord-coréen prend place quelques semaines après l’échec des pourparlers de dénucléarisation entre Kim Jong-un et Donald Trump, à Hanoi au Vietnam.

Les Nord-Coréens ont plié bagage, emmené leurs dossiers, et laissé derrière eux un bureau de liaison vide. « Vous pouvez y rester tout seul, cela ne nous dérange pas », ont même déclaré les officiels nordistes à leurs homologues du Sud.

Séoul a immédiatement exprimé ses regrets et demandé au régime de reconsidérer sa décision. Une décision qui est vue comme un message : la Corée du Nord reproche en substance à son voisin sud-coréen de suivre aveuglément la politique américaine.

Pyongyang a financièrement besoin d’une reprise des échanges économiques avec Séoul. La Corée du Sud souhaite aussi cette coopération, mais elle ne peut pas se permettre de violer les sanctions internationales. Le Nord fait donc pression sur le Sud pour que celui-ci convainque son allié américain d’alléger ces sanctions.

En fermant ce bureau de liaison, Pyongyang durcit le ton. Depuis l’échec du sommet Kim-Trump en février, Séoul voit avec inquiétude les avancées diplomatiques obtenues avec difficulté l’an dernier s’effondrer les unes après les autres.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *