CONFLITS FRATRICIDES EN AFRIQUE DE L’OUEST : Ce QUE M’INSPIRE L’INDIGNATION DE BAH WOURY DE LA GUINEE

Amnesty International accuse régulièrement les Emirats arabes unis, engagés militairement au Yémen, de fournir des armes de pointe d’origine occidentale à des milices yéménites (photo d’illustration)

Conakry, AP- Réagissant au massacre de 135 peuls au Mali, dans un post sur Facebook, l’opposant guinéen Bah Woury a interpellé les présidents Sall et Condé pour éviter une contagion dans les pays limitrophes.
J’évite soigneusement toute ingérence dans les affaires de cette République sœur, par égard aux diasporas respectives des deux Etats, au même peuple, à savoir le Sénégal et la Guinée.
Je veux, à juste raison, expliquer le bien-fondé de l’intervention de M. Bah, car les Barbares sont aux portes de Rome.
Pour mémoire, le numéro 2 du parti de Sékou Touré était un certain Saïfoulaye Diallo. Ensemble, ils ont mené d’âpres luttes contre le colon, jusqu’à l’accession du pays à l’Indépendance.
« De nous tous, ce Camarade est le mieux formé politiquement. C’est le Camarade que j’admire et en qui je place toute ma confiance. Saïfou est l’ami qui partage mes joies et mes souffrances », a écrit Sékou Touré à Madame Raymonde Jonvaux, le 7 janvier 1949, au sujet de Diallo.
Comment 70 ans après, on assiste à cette presque bipolarisation du jeu politique guinéen au détriment de Cellou Dalein Diallo. Des circonstances presque similaires privèrent ce pays voisin du talent de Diallo Telli, premier secrétaire général de l’Organisation de l’Unité Africaine.
« C’est préoccupant d’observer la répétition des tragédies se déroulant au Mali et au Burkina où les communautés qui cohabitent depuis plusieurs siècles sont plongées dans des conflits fratricides », se désole Bah Woury, par ailleurs ancien ministre de la Réconciliation nationale.
Cette interpellation s’adresse à nous tous. Et nous n’y répondrions mieux qu’en tuant cette bête politique opportuniste qui sommeille en nous. Comme il le dit, nous avons toujours vécu dans la paix, dans des cousinages à plaisanteries.
Au lendemain de la présidentielle de 2019 au Sénégal, j’avais dans ces colonnes rappelé que le Bds de Senghor et de Dia fut au début une association de plusieurs mouvements régionaux, en plus, notamment, des Cheminots de Thiès.
Les braises de l’Ivoirité ne sont pas éteintes, avec le « Tout sauf Ouattara » qui risque de se reproduire à Abidjan.
L’Afrique a-t-elle des ennemis invisibles qui la divisent pour mieux règner ou sommes-nous tout simplement responsables de nos divisions, là où l’addition et la multiplication sont les opérations qui s’imposent pour guérir de nos maladies ?

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *