[Dossier – 4-Avril] (2/4) Un ancien Cemga : « Il ne faut pas féminiser l’armée pour épater la galerie »

La mixité introduite dans les rangs de l’armée ne semble pas faire l’unanimité au niveau de la hiérarchie. Certains hauts gradés réprouvent avec la dernière énergie la décision du Président Abdoulaye Wade d’autoriser, en 2007, le recrutement de femmes comme militaires du rang. C’est le cas de cet ancien Chef d’état-major général des armées (Cemga). Sous le couvert de l’anonymat, le général à la retraite, contacté par Seneweb, estime que la « féminisation à outrance » de l’Armée « nuit gravement au potentiel de défense » du Sénégal.

Il explique : « Les femmes ont leur place dans l’armée, mais pas n’importe où. Elles peuvent être utiles dans des domaines comme le génie, les Tic, la communication, la santé, l’intendance. Elles peuvent bien aider à la modernisation de l’armée dans certains domaines. Mais de grâce, pas de femmes militaires du rang. Abdoulaye Wade est venu semer le désordre en recrutant des femmes comme militaires du rang. »

Une femme Cemga…

Si l’on en croit notre interlocuteur, les femmes n’ont pas leur place au front en tant de guerre. « J’ai mené la guerre et je n’ai jamais vu une troupe de femmes dans un théâtre d’opération, raconte l’ancien Cemga. Cela n’existe pas. Il ne faut pas féminiser pour épater la galerie. Recruter des femmes militaires du rang pour donner une certaine féminité au défilé du 4-Avril, c’est du cinéma. »

La conviction du général à la retraite est que « l’excès de femmes nuit au potentiel de défense ». Pour étayer ses propos, il fait remarquer qu’il y a des activités que les femmes ne peuvent pas faire du fait de leurs limites physiques. Il détaille : « Il y a des tâches auxquelles, physiquement, elles ne sont pas aptes. Ne faisons pas d’amalgame. Une femme ne peut pas être disponible 365 jours et 24 heures sur 24, alors qu’un soldat doit être toujours disponible et prêt pour le combat. »

À quand une femme Cemga ? Le Président Macky Sall assure que c’est pour bientôt. L’ancien Cemga en doute : « Une femme Cemga au Sénégal, ce n’est pas pour demain. » Non pas parce qu’il est contre l’idée, mais simplement parce qu’il faudra mériter les galons. Ce qui n’est pas évident, à son avis.

« L’armée ne fait pas de discrimination positive, car tout est question d’honneur et de respect. Si quelqu’un est élevé à un grade qu’il ne mérite pas, les gens le lui feront sentir », argue le général à la retraite.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *