Dakar accueille une réunion internationale sur la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée

GoGIN, un projet de l’UE appuie 27 centres maritimes dans la région

Dakar, AP-  La sécurité et la sûreté maritimes sont au centre des discussions du comité consultatif du réseau inter-régional pour le Golfe de Guinée (projet GoGIN), qui se tient les 9 et 10 avril prochains à Dakar, la capitale sénégalaise.

Les représentants de 27 centres maritimes des 19 pays côtiers de la Communauté économique des états d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de la Communauté économique des états d’Afrique centrale (CEEAC) et de la Commission du golfe de Guinée (CGG), vont partager leurs avancées et discuter du plan d’action pour les deux prochaines années de ce réseau appelé aussi projet GoGIN.

Pour l’ensemble des pays du Golfe de Guinée, sécuriser le domaine maritime est une priorité, afin de développer durablement l’Économie bleue avec des secteurs comme la pêche, le tourisme, les transports, le commerce, l’exploitation offshore, etc.

Ainsi, les pays membres de la CEDEAO, de la CEEAC et de la CGG ont adopté en 2013, un code de conduite et un mémorandum d’entente lors d’un sommet à Yaoundé au Cameroun, et mis en place une architecture de 27 centres maritimes-dont 19 nationaux-, qui se coordonnent pour assurer la sécurisation des mers et lutter contre la pêche illégale, les trafics de toute nature, la piraterie, et la criminalité en mer.

L’Union européenne appuie les organisations régionales et les pays pour l’opérationnalisation de ces centres à travers divers instruments dont le projet GoGIN.

Après plus de deux ans de fonctionnement, le projet réunit à Dakar l’ensemble de ses partenaires pour faire le point sur les acquis et les résultats, et partager la proposition de plan d’action pour les deux ans à venir.

Ils vont ensemble examiner ce qu’il faut faire pour accompagner et renforcer les centres pour qu’ils deviennent pleinement opérationnels, identifier les actions à prioriser en terme d’entraînement, de formation, de diagnostic et recommandations, de systèmes d’information et d’évaluations juridiques.

Le Sénégal, pays hôte de cette réunion, est un acteur déterminant de la zone avec sa Marine nationale et les composantes maritimes des autres administrations. L’institution d’une Haute Autorité chargée de la Coordination de la Sécurité maritime, de la Sûreté maritime et de la Protection de l’Environnement marin (HASSMAR) démontre la volonté des autorités sénégalaises de renforcer le domaine de la gouvernance maritime.

L’HASSMAR, à vocation opérationnelle, est rattachée à la Primature et placée sous la tutelle technique du Ministère des Forces armées. Ses compétences s’exercent dans les eaux maritimes et fluviales sous juridiction sénégalaise et, s’étendent pour la recherche et le sauvetage, à la zone maritime placée par l’OMI (Organisation maritime internationale) sous la responsabilité du Sénégal.

Lors d’un cocktail, les participants pourront rencontrer les acteurs basés au Sénégal intervenant dans le domaine maritime (administration, entreprises, organisations professionnelles, élus.).

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *