RDC: violences récurrentes dans des provinces à l’aube d’élire leurs gouverneurs

Des citoyens près d’un bureau de vote à Lubumbashi, dans le Haut-Katanga, le 30 décembre 2018.

RDC, AP- Alors que des élections des gouverneurs se tiennent ce mercredi 10 avril dans plusieurs provinces, le gouverneur sortant du Haut-Katanga, Pande Kapopo, a annoncé l’arrivée jeudi 11 avril à Lubumbashi du président Félix Tshisekedi. Ces élections ont lieu dans un environnement qui n’a pas été propice pour une campagne électorale saine, notamment avec beaucoup de violences et parfois des morts.

Au Sankuru (Centre), un policier a été tué dans la répression d’une manifestation, alors que la population s’opposait à la candidature d’un membre influent du camp de l’ancien pouvoir. Cette population y soutient avant tout une personnalité indépendante qui, après son exclusion de la course par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), a été réhabilitée par le Conseil d’État.

Le Conseil d’État a fini par ordonner à la Céni de suspendre les élections des gouverneurs dans cette province.

Dans le Haut-Katanga, la situation est encore plus complexe : des affrontements ont eu lieu entre militants de la coalition FCC/CACH à Lubumbashi lundi 8 avril lors de la présentation par les candidats de leurs programmes d’action.

Cette bagarre est intervenue dans un contexte d’insécurité généralisée au chef-lieu de la province. Face à l’inaction des services de l’ordre, la population a décidé de se prendre en charge elle-même, optant pour la justice populaire. Plusieurs marginaux sont ainsi soumis au supplice du collier.

Pour des observateurs, l’insécurité grandissante à Lubumbashi s’explique par la mauvaise gestion des administrations qui se sont succédé à la tête de la province du Haut-Katanga.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *