RCA: après les violences au PK5, la Minusca suspend son opération de désarmement

Casques bleus de l’ONU aux abords du quartier PK5 de Bangui, la capitale centrafricaine, le 10 novembre 2015. (Image d’illustration)

Bangui, AP- A Bangui, la semaine dernière, dans la nuit du 7 au 8 avril, deux opérations conduites par la Minusca et les forces de sécurité centrafricaines ont échoué à arrêter Nemery Matar Djamous. Celui qui se fait appeler « Force » dirige un groupe d’autodéfense perçu par beaucoup comme un gang qui rackette les commerçants et commet des exactions. Ces opérations se sont soldées par plus d’une vingtaine de morts et des dizaines de blessés, et ont paralysé ce quartier, poumon économique de Bangui.

Ce lundi, la vie reprenait son cours au PK5. Les barricades ont été levées. Les boutiques ont rouvert. Chacun reprenait ses affaires y compris « Force » donc qui par deux fois la semaine dernière a échappé à une tentative d’arrestation par la Mission de la paix de l’ONU en RCA, la Minusca, et les Forces de défense et de sécurité centrafricaines.

Depuis cet échec, les velléités de désarmement forcé et d’arrestation du chef de gang se sont quelque peu émoussées chez les habitants du quartier. A l’instar de ce notable qui souhaite rester anonyme, chacun prône la négociation avec le chef de groupe d’autodéfense : « Cela ne se fera qu’avec la discussion et la négociation. La force ne se résout pas le problème. Et la violence n’engendre que la violence. Donc en réalité, il faut négocier, il faut parler avec ces groupes armés là ».

Opération suspendue

A la Minusca, on rappelle que le dialogue a été engagé il y a des semaines et n’a pas été rompu malgré les affrontements de ces derniers jours. Officiellement d’ailleurs, on ne considère pas ces opérations de la semaine dernière comme des échecs, mais comme des étapes.

L’opération n’est pas suspendue, explique le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro : « Cette opération est en cours. Nos forces et les forces de sécurité et de défense centrafricaines poursuivent les consultations. Mais parallèlement à cette composante militaire, il y a l’aspect dialogue. Mais que ce soit clair, l’opération se poursuit parce que l’objectif, c’est de mettre fin à des activités criminelles au PK5 ».

afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *