UTILISATION DE L’ESPACE VERT DE L’AEROPORT INTERNATIONAL MODIBO KEITA DE BAMAKO : LES AUTORITÉS INSTAURENT UNE AUTORISATION QUI COÛTE 25 000 FRANCS CFA POUR UNE SÉANCE PHOTO

Aéroport international Modibo Keita de Bamako

Bamako, AP- Faire une séance photo au niveau de l’espace vert de l’aéroport international, Modibo Keita de Bamako coute plus chère que sur les Champs-Elysées de Paris. Il faut débourser la modique somme de 25 000 francs Cfa. Une décision qui émanerait des hautes autorités du pays pour renflouer les caisses de l’Etat.  Ainsi, le Mali devient le seul pays où l’espace vert rapporte de l’argent au trésor public.

25 000 Francs Cfa. C’est le montant qu’il faudra débourser pour faire une séance photo dans l’espace vert de l’aéroport international, Modibo Keita de Bamako. Nous l’avons appris, du Commandant de brigade du commissariat de police de la plateforme aéroportuaire, Cdt Doumbia lors d’un mariage. Selon lui, la décision émane des hautes autorités du pays.  Comme pour dire que les caisses de l’Etat sont tellement vide qu’il fait recours à des espaces verts très prisés dans la capitale malienne. Ce, en les monétisant. Pourtant, une séance photo sur les Champs-Elysées qui sont deux fois plus beau que tous les espaces verts du Mali n’est pas payante. En clair, les autorités maliennes insultent l’intelligence des maliens en faisant payer pour un espace vert qui a été construit avec leur propre argent. Ce, après avoir constaté que chaque dimanche, jour de mariage à Bamako ou jeudi, les mariés affluent vers cet espace vert de l’aéroport. Car, les mariés s’y rendent  pour y faire des séances photos afin d’immortaliser ce qui représente à leurs yeux le plus beau  jour de leur petite existence, une décision aurait été prise dans ce sens. D’ailleurs, dès que le couple débarque au niveau de l’espace avec des voitures décorées, c’est un militaire qui se présente d’abord. Et, c’est pour réclamer l’autorisation servis par le commissariat de police de l’aéroport Modibo Keita de Bamako. Ceux qui sont surpris demandent le pourquoi et le comment ? « Maintenant, il faut une autorisation. Sinon, vous ne pouvez pas faire de photos de là (Ndlr : il indique avec le doigt) jusqu’au bout », explique le soldat avant de reprendre son poste. Ce dernier est aidé dans ses explications par des agents préposés à l’entretien de l’espace. Le commandant qui s’est déplacé en personne pour expliquer la décision soutient que le montant est exorbitant. A l’en croire, l’entretien de l’espace est couteux comme si l’argent sortait de sa poche alors qu’il s’agit de celui du contribuable malien. « Le personnel est payé chaque mois et l’eau pour arroser aussi est une charge. Donc, il faut trouver une  alternative », laisse-t-il entendre.   D’ailleurs, il a expliqué qu’une décision a été prise dans ce sens et afficher.  Donc, précise-t-il, tout contrevenant s’expose à des sanctions. Seulement, après vérification, il n’y avait aucune note affichée dans ce sens. Pis, un gendarme est même posté tous les jours au niveau de l’espace pour surveiller les mariées qui veulent faire des séances de photos. Ce qui est inadmissible selon certains citoyens qui dénoncent ce diktat qui en dit long. Car, l’espace vert partout dans le monde est libre et prendre des photos est un droit. Et, c’est avec un cœur meurtri que la sœur d’un marié, Oumou Diarra a appris la nouvelle décision. Depuis le matin, ils ont prévu de venir faire des séances photos sur cet espace mythique de Bamako. Seulement, à sa grande surprise, il a été interdit au couple qu’elle accompagne de faire des séances sans autorisation. Une autorisation qu’ils devront prendre au niveau du commissariat de l’aéroport de Bamako moyennant une somme de 25 000 francs Cfa. Sans ce bout de papier, pas de séance de photos. Consciente que les espaces verts sont la propriété des citoyens, elle refuse de mettre la main à la poche. « 25 000 francs Cfa. Ils pensent que c’est de l’aumône. Pour rien au monde je paierai cette somme pour un espace public. Vraiment, le Mali est à la dérive. Qu’est ce qui explique cette décision ? Rien, c’est une affaire de corruption entre le commandant du commissariat et ces éléments qui sont autour de l’espace. Ce n’est pas vari, la décision ne vient pas d’en haut », clame-t-il avec une colère noire.  De ce côté, Issa Keita cri au scandale du siècle. D’après ce jeune homme d’une trentaine d’année, il ne manquait plus que ça au Mali. « C’est fini pour le Mali. Les dirigeants ont vraiment montré leurs limites dans la gestion du pays. Comment dans un pays comme le Mali, il faut payer pour prendre des photos sur un espace vert ? Je n’arrive pas à y croire. C’est triste pour le Mali. Si monde entendait cette histoire, c’est ce catastrophique », se désole-t-il.  En attendant d’y voir clair, les mariés sont obligés de se rabattre devant la Direction de la météo qui dispose également d’espace vert au niveau de sa devanture.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *