Tirs de missiles près de Homs: les médias d’Etat évoquent une fausse alerte

Une vue de Homs, en juin 2014. (Photo d’illustration)

AP- Les médias d’Etat syriens se sont rétractés ce mardi 17 avril, évoquant une « fausse alerte » après avoir annoncé dans la nuit que la défense aérienne syrienne avait abattu des missiles au-dessus de la province centrale de Homs.

« Une fausse alerte concernant une violation de l’espace aérien durant la nuit a entraîné le déclenchement des sirènes de la défense aérienne », reconnaît l’agence officielle Sana, citant une source militaire. « Il n’y a pas eu d’attaque extérieure sur la Syrie », précise-t-elle.

Cette « fausse alerte » intervient dans un contexte tendu, trois jours après les frappes des Etats-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne contre des sites militaires du pouvoir de Bachar al-Assad, menées en représailles à une attaque chimique présumée qui a touché le 7 avril la ville alors rebelle de Douma, dans la Ghouta orientale.

Interrogé par l’AFP dans la nuit, un porte-parole de l’armée israélienne, qui a déjà mené par le passé des frappes en Syrie, avait déclaré ne pas être « au courant d’un tel incident ».

Le Pentagone avait également démenti toute implication des Etats-Unis et de leurs alliés. Quelques jours avant les frappes occidentales, des tirs de missiles avaient visé le 9 avril une base militaire dans la province de Homs. Cette attaque avait été imputée à Israël par le régime et ses alliés indéfectibles, l’Iran et la Russie.

afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *