Côte d’Ivoire ‘‘Far west’’ : Ouattara invité à rendre compte et demander pardon aux Ivoiriens

 Annick Odile Pety Zago

Annick Odile Pety Zago

Abidjan, AP- Dans une déclaration de sa présidente, Annick Odile Pety Zago, dont nous avons reçu copie mercredi 17 mai, Union Nouvelle pour la Côte d’Ivoire (UNCI), parti politique officiellement lancé le 29 avril 2017, s’est prononcé sur les mutineries en Côte d’Ivoire et leur gestion par le pouvoir. Le parti condamne ces mutineries, sa gestion par le pouvoir Ouattara à qui il demande des comptes et aussi qu’il appelle à demander pardon au peuple ivoirien. Par ailleurs, il fait des propositions pour un avenir paisible.

« Au nom de l’UNCI, je voudrais dénoncer cette souffrance, morale, physique, économique à laquelle le peuple de Côte d’Ivoire a été confronté depuis cinq jours.

Depuis le mois de Janvier 2017, nous vivons des soubresauts, une situation de non droit que justifie une partie de l’armée en colère qui envahit les rues de nos villes, kalachnikovs en main, tirant en l’air, créant panique chez nos braves populations. Au motif pris que le Président Alassane Ouattara leur doit de l’argent. Pendant cinq jours, le pays a été paralysé, pris en otage par des mutins. Un accord a été conclu avec le gouvernement. Transformant notre nation en un gigantesque Far west. À ciel ouvert, entre bandits d’un côté et les chefs bandits de l’autre. Cette situation a hélas entraîné des pertes en vie humaine, des blessés et de nombreux dégâts matériels.

L’UNCI s’incline devant la mémoire de ces morts et exprime sa compassion à toutes les victimes. Prions le gouvernement de réparer tous les dégâts matériels dont ont été victimes les populations (vol de voiture, etc.). L’UNCI prend pour responsable le Gouvernement et l’interpelle de demander pardon au peuple ivoirien, aux amis de la Côte d’Ivoire, aux opérateurs économiques, à la jeunesse, aux femmes, aux paysans. Oui demander pardon pour le cafouillage dans lequel ces braves personnes qui se battent pour faire avancer le pays, par la force de leur travail se sont retrouvés. Oui demander pardon car vous jetez l’opprobre sur nos Institutions et sur une population qui avait cru bon de placer son espoir sur vous.

L’UNCI condamne le piteux spectacle de ces cinq jours et réclame une enquête parlementaire sur les mutineries. En attendant cette enquête parlementaire, l’UNCI interpelle le gouvernement à la transparence des informations sur la gestion financière de cet énième conflit « mutins et pouvoirs ».

Nous lui demandons d’éclairer le peuple de Côte d’Ivoire sur :

1) les propos de certains mutins tenus devant les chaînes étrangères disant que vous leur devez de l’argent parce que ce sont eux qui vous ont conduit au pouvoir ;

2) D’où provient la 1ère somme versée au mutin soit 5 millions donnés a plus de 8mille mutins dans le courant du mois de Février

3) Depuis le Mardi 15 Mai, le gouvernement vient de nous annoncer qu’un accord a été trouvé avec les mutins et qu’ils ont commencé dès midi à percevoir leur argent.

Il s’agit de cinq millions pour 8 400 mutins soit un total de 42 milliards en Mai sans compter janvier 42 milliards et le mois de juin 2 millions par mutin.

L’UNCI dénonce ce scandale, qu’on voit les difficultés du citoyen lambda, la pauvreté de plus en plus grandissante qui touche nos braves paysans qui sont victimes de la chute du cacao orchestré par le gouvernement, justifiant qu’il n’y a rien dans les caisses de l’État, quand de nombreuses écoles publiques au fond du pays sont dans un état de délabrement, les enfants étudiants à même le sol, l’augmentation du carburant et pour bientôt le prix de l’électricité.

Nos braves planteurs ne font que pleurer pendant que d’autres reçoivent des primes parce qu’ils ont semé la terreur. Dans quelle république sommes-nous ???

Nous, L’UNCI, condamnons ces attitudes d’une autre époque et dénonçons :

1) l’amateurisme dont a fait preuve le gouvernement en faisant le jeu de un coup on donne, un coup on ne donne pas ;

2) Par ailleurs, nous constatons qu’il y a une mauvaise appréciation des réalités militaires avec la gestion chaotique et mafieuse de DDR.

A l’UNCI, nous ne condamnons pas simplement, nous voulons offrir quelques propositions. Nous souhaitons :

Que les forces militaires soient réorientées vers le service publique et civique. Qu’il leur soit confié les tâches d’embellissement des villes et qu’elles s’occupent de l’encadrement des jeunes en situation de vulnérabilité ;
Diminuer les effectifs de l’armée et déconcentrer les bataillons militaires sur toute l’entendue du territoire.

Mr le Président de la République, le peuple de Côte d’Ivoire est fatigué, il vous convient, vous le garant de l’Institution du pays, l’obligation de faire de notre armée qu’elle redevienne républicaine, qu’elle redevienne la grande muette.

L’UNCI invite le gouvernement de Côte d’Ivoire d’œuvrer pleinement et véritablement pour le bien être des Ivoiriens, car vous êtes avant tout des serviteurs de la nation.

Pour terminer, nous demandons au parti au pouvoir le RDR de faire preuve de retenu et de ne pas attiser la haine de l’autre. La Côte d’Ivoire souffre encore dans sa chaine et chaque jour, l’ivoirien cherche à dépasser les moments de souffrance et espérer en des lendemains meilleurs.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *