Tennis: la métamorphose de Roland-Garros

Le court Philippe-Chatrier reconstruit presque intégralement est désormais prêt à accueillir un toit.

AP- La quinzaine de Roland-Garros a débuté ce dimanche 26 mai. Les spectateurs, qui sont toujours aussi nombreux, ont découvert un stade transformé avec un nouveau court (Simonne-Mathieu), et la reconstruction du court Philippe-Chatrier.

Sous le soleil parfois voilé, Roland-Garros 2019 a débuté avec plusieurs nouveautés, dont le court Simonne-Mathieu, écrin semi-enterré sorti de terre dans le jardin des serres d’Auteuil.

Déjà titrée à Paris, l’Espagnole Garbiñe Muguruza a eu l’honneur de baptiser ce court, face à l’Américaine Taylor Townsend. Ce nouveau court, très longtemps controversé, a fait gagner de la place au stade parisien. Le nom du court rend hommage à Simonne Mathieu qui fut résistante et capitaine des Forces françaises libres. Elle a remporté à deux reprises le tournoi de Roland-Garros (1938 et 1939). Simonne Mathieu est la deuxième joueuse française la plus titrée après « la Divine » Suzanne Lenglen.

Garbiñe Muguruza a apprécié le court Simonne-Mathieu

« C’est formidable d’être la première à gagner dessus. Il est très confortable, très cosy, je l’aime beaucoup. Je ne le trouve pas si petit que cela. On se sent comme dans un jardin », a commenté Garbiñe Muguruza.

Le court est enchâssé entre quatre serres qui présentent des collections botaniques évoquant la flore des zones tropicales d’Amérique du Sud, d’Afrique, du Sud-Est asiatique et d’Australie. Dès le 21 juin, premier jour de l’été, ces serres contemporaines seront accessibles au grand public toute l’année, hors tournoi. Riverains et visiteurs pourront découvrir plus de 1 000 plantes, composées de plus de 500 espèces et variétés spectaculaires et souvent rares.

Ce nouvel espace de 5 000 places permet à Roland-Garros de passer de 8,5 à 12,5 hectares. Une bonne chose pour les moments de grande affluence. La plupart du temps, il faut jouer des coudes pour se frayer un chemin dans les allées. D’un bout à l’autre de l’enceinte, Roland-Garros s’étend désormais sur 800 mètres. Le stade compte désormais cinq courts de plus de 2 000 places.

Une année de travail pour le court Philippe-Chatrier

Autre nouveauté 2019, la reconstruction quasi-intégrale (entre 80% et 90%) du court Philippe-Chatrier (central). Il a fallu une année de travail. Aujourd’hui, la Russe Anastasia Potapova a inauguré le nouveau lieu en éliminant d’entrée la numéro 5 mondiale, Angélique Kerber (6-4, 6-2), première grosse surprise du tournoi. « J’ai essayé de ne pas trop penser au court, au premier tour, à Kerber, qui est une joueuse fantastique », avançait la gagnante.

Dès la fin du tournoi, une nouvelle phase de travaux de dix mois reprendra avec la fin des aménagements du court Philippe-Chatrier, dont la pose du toit. Le court numéro 1, proche du Chatrier, sera démoli. Cela va permettre de lancer les travaux d’aménagement paysager et du grand parvis, programmés sur deux phases, pour une livraison du fameux Jardin des Mousquetaires en 2021.

La nouvelle zone du Fonds des Princes, située derrière le court Suzanne-Lenglen, a complètement été transformée. Après la livraison du court 14 en 2018, le réaménagement de cet espace s’est poursuivi avec la création de six nouveaux courts : quatre courts de compétition avec tribunes (10, 11, 12 et 13) et deux courts d’entraînement (15 et 16). L’espace bénéficie d’une meilleure accessibilité grâce à une large allée paysagère et une nouvelle entrée sur l’avenue de la Porte d’Auteuil.

Un lieu chargé d’histoire

« Il fallait plus de place pour les joueurs et le public qui vit désormais différemment dans le stade. Les choses évoluent et il fallait absolument faire des changements. Roland-Garros n’avait pas été transformé depuis plus de 20 ans et c’était primordial pour le tournoi. Il fallait trouver des solutions car on ne pouvait plus circuler », explique à RFI Gilles Jourdan, directeur du projet de modernisation de Roland-Garros. Il ajoute : « On est près de Paris, alors on est pas mal placé. On aurait pu aller ailleurs. Mais ici il y a une histoire. C’est très important pour l’évènement. »

Si les travaux s’achèveront du nouveau Roland-Garros en 2021, on peut d’ores et déjà considérer que le tournoi entre dès cette année dans une nouvelle ère. De retour à Roland-Garros, le Suisse Roger Federer a battu sur le court central (Philippe Chatrier) l’Italien Lorenzo Sonego.

15 courts seront une nouvelle fois utilisés cette année offrant une capacité totale de 41 798 places. 186 personnes seront en charge de l’entretien de ces courts sur l’ensemble du site pendant la quinzaine. 263 ramasseurs de balles, âgés de 12 à 16 ans, officieront cette année. 320 arbitres dirigeront les rencontres jusqu’à la finale messieurs le 9 juin prochain. 480 575 spectateurs ont assisté à l’édition 2018 du Grand Chelem parisien sur l’ensemble des trois semaines de compétition. Un record. 50 472 balles ont été utilisées l’année dernière pendant toute la durée du tournoi, qualifications comprises. 400 000 produits griffés Roland-Garros ont été vendus l’année dernière.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *