Mondial féminin 2019: les Bleues qualifiées mais toujours concentrées

La capitaine française Amandine Henry et la buteuse Eugénie Le Sommer lors de France-Norvège.

AP- Grâce à leurs deux premières victoires, les joueuses de l’équipe de France sont assurées d’être au rendez-vous des huitièmes de finale. Corinne Diacre compte faire un peu tourner son effectif face au Nigeria ce lundi (21 heures à Rennes). Mais gare au relâchement, d’autant que les Super Falcons visent aussi la qualification dans le groupe A.

L’équipe de France a rempli sa première mission. Après la victoire inaugurale contre la Corée du Sud (4-0), les Bleues ont remporté leur deuxième match de cette Coupe du monde 2019, plus difficilement, face à la Norvège (2-1). Ces deux succès combinés aux résultats dans les autres groupes de ce premier tour assurent aux Françaises leur qualification pour les 8es de finale avant même le troisième et dernier match de la poule A. Une sérénité appréciable pour elles.

Du neuf attendu pour affronter un Nigeria toujours à bloc

Au Roazhon Park de Rennes, face au Nigeria ce lundi 17 juin (21 heures), Corinne Diacre va donc pouvoir faire tourner un peu son effectif et donner du temps de jeu à des femmes qui en ont eu peu, voire pas du tout depuis le début du Mondial. Ève Perisset (un quart d’heure de jeu face aux Sud-Coréennes), Charlotte Bilbault (dix minutes de jeu face aux Norvégiennes) et Viviane Asseyi (aucune apparition dans cette Coupe du monde) pourraient être titularisées.

Mais il ne faut pas s’attendre à un grand chamboulement. « On ne va pas changer toute l’équipe non plus. Comme l’objectif est d’aller chercher une troisième victoire, il faut qu’on reste sur la logique qui est la nôtre », prévient Corinne Diacre. La sélectionneure tricolore s’attend à un match « âpre » et « complétement différent » de celui d’avril 2018. Lors d’une rencontre amicale, les Bleues avaient écrasé les Nigérianes sur le score sans appel de 8-0.

Lors du Mondial 2011, toutefois, les Super Falcons avaient donné du fil à retordre aux Françaises, qui s’étaient imposées sur le plus petit des scores (1-0). Dans ce Mondial 2019, le Nigeria a d’abord perdu face à la Norvège (0-3) mais a réagi ensuite contre la Corée du Sud (2-0). Les championnes d’Afrique peuvent encore se qualifier pour les 8es de finale, en terminant à l’une des deux premières places ou en se classant parmi les meilleurs troisièmes de la phase de groupes.

Corinne Diacre, la sélectionneure de l’équipe de France féminine de football.Christian Hartmann/Reuters

Le soufflé ne doit pas retomber

« Le coach Thomas Dennerby, lors du tirage au sort, m’avait promis que ce Nigeria-France sera un match difficile », confie la coach tricolore, qui décrit l’adversaire comme « une équipe très athlétique, qui domine la Coupe d’Afrique (trois victoires de rang et onze sacres en treize éditions, ndlr), très difficile à manœuvrer ».

Parmi les talents individuels de ce Nigeria, il y a bien sûr Asisat Oshoala, auteure d’un fort joli but lors du dernier match sur une action où sa vitesse et son adresse ont fait des étincelles. C’est d’ailleurs ces qualités que les Françaises redoutent le plus. Le statut de favorites et la qualification déjà acquise ne leur enlèvent pas leur sérieux.

Le soutien du public français est tel qu’une contre-performance ne pourrait être tolérée. Il s’agit de surfer sur la vague enthousiaste qui porte les Bleues depuis le 7 juin. « C’est la première fois de notre vie qu’on vit un tel événement. On ne s’attendait pas à un tel engouement », remarque la capitaine Amandine Henry. Les Bleues, même remaniées, même rassurées, même qualifiées, ne veulent pas se relâcher. Il y a une troisième victoire à aller chercher et une première place à assurer avant d’aborder la suite de la compétition avec la phase à élimination directe et la montée du niveau.

Share
Ousseynou Wade

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *