Des ONG européennes lancent l’opération #StopAuxInfox sur le climat

Des militants écologistes déguisés en ours polaire brandissent un panneau «sans domicile» pour dénoncer l’impact du réchauffement climatique sur la fonte des glaces.

AP- Lancée par plusieurs ONG, l’opération Stop aux infox sur le climat est un nouveau dispositif en ligne capable d’identifier les fausses informations relayées sur les réseaux sociaux concernant le changement climatique.

Les pourvoyeurs d’infox, le terme francisé pour fake news, éprouvent quotidiennement nos nerfs et notre intelligence à pouvoir discerner le vrai du faux sur les réseaux sociaux. Des bobards numériques auxquels s’ajoutent les gazouillis mensongers des climato-sceptiquessur la réalité de la crise écologique qui frappe notre planète.

Les membres de Digital New Deal, de l’Union Francophone et de Wikimédia France, ont donc décidé de mettre en place un nouveau dispositif d’identification et d’alerte en ligne pour faire barrage aux fausses informations : Stop aux infox.

Et la première brique de ce système sur le climat est le développement de programmes d’intelligence artificielle connectés qui permettent maintenant de repérer les signaux faibles de ces infox. Ces algorithmes identifient les sujets les plus partagés par les climatosceptiques.

Un réseau d’intelligence collective

Le dispositif est complété par un réseau de 18 000 contributeurs en ligne, composé d’informaticiens, de journalistes ou encore de scientifiques. « Un réseau d’intelligence collective 100% francophone, qui offre aux internautes de participer à travers le mot clef #StopAuxInfox aux vérifications des informations » nous explique Arno Pons, délégué général de la fondation « Digital New Deal ».

Par ailleurs, l’ensemble du dispositif Stop aux infox sur le climat est relayé auprès des médias partenaires de l’Union francophone. Notamment en Afrique, en organisant de cessions d’informations avec les jeunes créatifs francophones du numérique sur la thématique du climat.

Les géants du Web pourront également intégrer à leur plateforme ce dispositif d’intelligence collective, précise Arno Pons, qui rappelle, au passage, que la fondation « Digital New Deal » est à l’origine de l’amende de 2,42 milliards d’euros infligée récemment par les instances européennes à Google Shopping, pour abus de position dominante.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *