Londres accuse Téhéran d’avoir voulu bloquer un pétrolier dans le détroit d’Ormuz

Le pétrolier British Heritage, en mars 2019.

AP- Le golfe Persique est le théâtre d’un incident entre l’Iran et la Grande-Bretagne. La scène a d’abord été rapportée par la télévision américaine CNN, et confirmée ce jeudi 11 juillet par Londres. Trois bateaux armés iraniens ont bien tenté d’empêcher le passage d’un pétrolier britannique, selon le porte-parole du gouvernement du Royaume-Uni. La Royal Navy a dû intervenir aux côtés de ce navire de commerce pour repousser les assauts iraniens. Ce nouvel incident intervient en pleine crise sur le nucléaire iranien.

Les Gardiens de la révolution sont catégoriques : il n’y a eu aucune confrontation avec des navires étrangers, y compris britanniques, durant les dernières 24 heures. L’armée d’élite du régime iranien ajoute : « Si nous avions reçu l’ordre d’accomplir une telle mission, on l’aurait fait immédiatement, de manière décisive et rapide. »

De leur côté, les responsables à Londres sont tout aussi affirmatifs : la marine iranienne a bel et bien tenté de bloquer le passage d’un pétrolier britannique et il a fallu l’intervention de la Royal Navy pour résoudre le problème.

Les tensions entre Londres et Téhéran ont débuté il y a quelques jours déjà en mer Méditerranée. La marine britannique arraisonne au large de Gibraltar un tanker transportant du pétrole iranien soupçonné de se rendre en Syrie, en violation d’un embargo européen.

Le président de la République islamique Hassan Rohani réagit alors rapidement et avertit : il y aura des conséquences. Washington évoque désormais la possibilité de créer une coalition maritime internationale afin de garantir la libre circulation dans les eaux du Golfe et dans le détroit d’Ormuz, où transite près du quart de la consommation mondiale de brut.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *