La 5G arrive en France

La France a lancé officiellement sa procédure d’attribution des fréquences 5G aux opérateurs télécoms.

AP- Le gouvernement a lancé lundi 15 juillet le processus d’attribution des fréquences 5G aux opérateurs télécoms. La 5e génération de réseau de téléphonie mobile nous promet des débits plus rapides que ceux de la 4G.

Pour ne pas rater le virage de la 5G, le gouvernement français est prêt à se montrer moins gourmand que pour la 4G, notamment sur les modalités d’attribution des fréquences 5G entre les opérateurs. L’Arcep, qui est le régulateur des télécoms, doit préciser dans les prochains jours le mode opératoire pour l’acquisition des fréquences. Elles seront vendues aux enchères dès l’automne et seront attribuées pour 15 ans au début de l’année prochaine. Mais cette fois-ci, l’État ne veut pas faire grimper les prix. Il préfère que les opérateurs déboursent moins d’argent pour l’achat des fréquences, et qu’en revanche ils investissent davantage dans la couverture du territoire.

Le gouvernement veut combler les zones blanches et éviter une nouvelle fracture numérique comme cela a été le cas avec la 4G qui a profité aux grandes villes au détriment des campagnes. Un quart des sites équipés devront être dans les campagnes dès 2025. Le gouvernement est donc prêt à baisser ses recettes pour une meilleure couverture des zones rurales. L’achat des fréquences 4G avait rapporté à l’État 3,6 milliards d’euros, ceux de la 5G pourraient rapporter deux fois moins voire un peu plus.

Le lancement commercial de la 5G est prévu pour 2020

L’Arcep entend fixer des règles pour éviter la foire d’empoigne. Le régulateur veut imposer aux opérateurs un quota minimum et une limite maximum de spectre à chacun d’entre eux. Une fourchette qui pourrait se situer entre 40 et 100 MHz. Et il y en aura pour tout le monde. Aucun des prétendants ne sera lésé et tous auront une part du gâteau, de quoi freiner les appétits et éviter des surenchères démesurées.

Le gouvernement se veut ambitieux et annonce que le territoire devrait être couvert en 5G d’ici à 2025. La France veut emboîter le pas à ses voisins comme l’Italie, l’Estonie, la Finlande ou encore Monaco. Cette dernière vient de lancer son réseau 5G, la principauté est ainsi la première au monde à détenir un réseau national. Certes le territoire n’est pas grand, mais tous les Monégasques y ont accès. Il sera impensable, demain, de ne pas en être équipé. D’ailleurs, les États-Unis, le Royaume-Uni ou encore le Qatar développent à grande allure la 5G.

Un coût élevé

Très attendue par les particuliers et les entreprises, la 5G promet une vraie révolution. Les industriels sont certainement les plus impatients de la voir arriver, notamment les secteurs de l’automobile, des transports, de l’énergie, de la télémédecine, de l’agriculture ou encore de la sécurité et de la réalité virtuelle. L’augmentation des performances technologiques liées à la 5G, les consommateurs auront accès à de nouvelles applications. Grâce à son débit augmenté, elle offre une rapidité de connexion identique à celle de la fibre. Par exemple les utilisateurs pourront charger une vidéo de 1 gigaoctet en seulement 10 secondes.

Mais l’innovation a un coût et la facture risque d’être salée pour le consommateur. Pour bénéficier de la 5G sur son smartphone, il devra s’équiper d’un mobile compatible avec le réseau de cinquième génération et débourser au minimum 800 euros, sans compter le prix de l’abonnement mensuel qui va lui aussi grimper. Aux États-Unis il a augmenté de 20 dollars, soit 18 euros, encore plus cher  en Suisse où l’abonnement est passé de 70 à 170 euros. La 5G ne sera pas à la portée de toutes les bourses.

Et puis, moins mesurable mais tout aussi réel, la 5G suscite de nombreuses inquiétudes. Quelle conséquence sur la santé ? Une question qui taraude les plus réfractaires d’autant que les prochaines antennes relais ont été modifiées. Elles vont suivre les mobiles et non plus les arroser afin d’éviter les coupures, mais leur périmètre de couverture étant relativement bas, il en faudra donc davantage si l’on veut répondre aux déserts numériques.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *