Attaques dans le sud de la France: une proche de l’assaillant placée en garde à vue (procureur de Paris)

Lors d’une conférence de presse où il a rapporté les premiers éléments de l’enquête, le procureur de Paris François Molins a indiqué qu’une proche de l’auteur des trois attaques perpétrées à Carcassonne et Trèbes ce vendredi a été placée en garde à vue.

Trois attaques ont eu lieu ce vendredi 23 mars à Trèbes et Carcassonne, dans le sud de la France. Elles ont fait trois morts et seize blessés. L’auteur présumé de ces attaques, revendiquées par le groupe Etat islamique, est un homme de 26 ans connu des services de police. Il s’est lui-même réclamé de l’organisation terroriste.

« Notre pays a subi une attaque terroriste islamiste », qui a fait trois morts et « 16 blessés », dont « deux au moins » sont dans « un état grave »,a déclaré vendredi soir le président Emmanuel Macron à l’issue d’une réunion de crise au ministère de l’Intérieur.

La série d’attaques a commencé dans la matinée de ce vendredi à Carcassonne par le vol d’une voiture dont le passager a été tué et son conducteur grièvement blessé. Elle s’est poursuivie par des tirs contre des CRS dont l’un a été touché à l’épaule. Et s’est achevée vers 14h45 à Trèbes, à une poignée de kilomètres de là, par une prise d’otages dont l’auteur a été abattu par les forces de l’ordre. Les trois attaques ont été menées par le même homme, qui s’est réclamé de l’organisation Etat islamique.

Son identité a été confirmée par le ministre de l’Intérieur. Il s’agit de Redouane Lakdim, un homme âgé de 26 ans, connu pour des faits de petite délinquance et qui était surveillé. « Nous pensions qu’il n’y avait pas de radicalisation, mais il est passé à l’acte brusquement », a indiqué Gérard Collomb, précisant qu’il « a agi seul ».

Prise d’otages à TrèbesRFI

L’attaque revendiquée par le groupe EI

Par le biais de son agence de propagande Amaq, l’organisation Etat islamique a revendiqué la prise d’otages et les attaques meurtrières qui ont frappé ce vendredi le sud de la France, à Trèbes et Carcassonne, faisant selon un dernier bilan trois morts et trois blessés. « L’homme qui a mené l’attaque de Trèbes dans le sud de la France est un soldat de l’Etat islamique, qui a agi en réponse à l’appel » de l’organisation « à viser les pays membres de la coalition » internationale anti-EI, indique le communiqué.

Redouane Lakdim a commencé son équipée ce vendredi matin à Carcassonne, en tuant le passager d’une voiture d’une balle dans la tête et blessant grièvement le conducteur. A bord de ce véhicule, il a foncé sur un groupe de CRS avant de leur tirer dessus à plusieurs reprises, blessant l’un deux à l’épaule, d’après Unsa-Police qui précise qu’il a une « côte cassée » et un « poumon perforé ». Son état de santé est stable et le pronostic vital n’est pas engagé, d’après ce syndicat. La voiture a été retrouvée par la suite sur le parking du supermarché de Trèbes, selon une source proche du dossier.

« Un homme a crié et a tiré des coups de feu à plusieurs reprises », a raconté une cliente du supermarché interrogée par FranceInfo. Elle a vu une porte de frigo, puis « demandé aux gens de venir se mettre à l’abri. Nous étions dix et nous sommes restés une heure ». Après de nouveaux coups de feu tous sont sortis « par la porte de secours derrière ».

Pour l’instant, personne ne récupère personne. Tout est bloqué et on est dans l’attente.
Une femme qui travaille en face du Super U témoigne23/03/2018 – par Anna PiekarecÉcouter

La section antiterroriste saisie

D’après un témoin cité par une source proche du dossier, le tireur aurait crié « Allah Akbar » lors de son entrée dans le supermarché. Il aurait tiré sur un CRS, précise une source policière. L’homme aurait été armé de couteaux, d’une arme de poing et de grenades. La section antiterroriste du parquet s’est saisie de l’affaire. Sur Twitter, la préfecture de l’Aude a indiqué que le secteur était interdit.

Tous les accès à la commune de Trèbes ont été bloqués dès la sortie de l’autoroute, où ont été postés des membres des forces de l’ordre fortement armés. L’antenne du GIGN de Toulouse s’est rendue sur place, avec le soutien des policiers d’élite du Raid et de la BRI, tandis que trois hélicoptères survolaient la zone.

« Situation sérieuse »

En déplacement à Mulhouse (est de la France), le Premier ministre Edouard Philippe avait jugé la « situation sérieuse ».  « Une situation est en train de se produire près de Carcassonne. Un homme est retranché dans un supermarché avec des otages », avait résumé le chef du gouvernement.

La gendarmerie est immédiatement intervenue et a pu faire sortir une partie des personnes présentes dans le supermarché. Un lieutenant-colonel de gendarmerie s’est alors proposé comme otage à la place d’une autre personne que le suspect tenait. Il est resté plusieurs heures avec lui, avant d’être grièvement blessé par balles au cours de l’assaut mené par les forces du GIGN. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a salué le courage du militaire et son « acte d’héroïsme ».

Attaque terroriste à Carcassonne et Trèbes -édition spéciale sur RFI23/03/2018 – par RFIÉcouter
Des forces de polices devant le supermarché de Trèbes, où une prise d’otages est en cours, vendredi 23 mars 2018, dans le sud de la France.LA VIE A TREBES/via REUTERS
Share Button
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *