Maroc: expulsion de 2 journalistes espagnols couvrant les violences dans le Rif

Nasser Zefzafi, leader de la contestation née dans le Rif après la mort d'un vendeur de poisson broyé par une benne à ordure, ici lors d'une manifesation le 18 mai 2017.

Nasser Zefzafi, leader de la contestation née dans le Rif après la mort d’un vendeur de poisson broyé par une benne à ordure, ici lors d’une manifesation le 18 mai 2017.

Rabat, AP- Au Maroc, deux journalistes espagnols ont été expulsés cette semaine alors qu’ils couvraient les manifestations dans la région du Rif. Depuis 9 mois, dans cette zone enclavée du nord du pays, les partisans du Hirak réclament un meilleur accès aux soins, à l’emploi et à l’éducation, des mesures de développement et la libération des prisonniers détenus depuis le début de la crise. Jose Luis Navazo et Fernando Sanz ont été déposés sans explication au poste-frontière de Ceuta mardi 25 juillet, signe selon Reporters sans frontières d’une escalade dans les violations de la liberté de la presse dans le royaume et dont les journalistes marocains sont les premières victimes.

Jose Luis Navazo journaliste au Maroc depuis 17 ans a été interpellé mardi à Tétouan alors qu’il couvrait les manifestations du Rif, puis conduit à la frontière espagnole avec son collègue Fernando Moreno.

« Trois policiers sont venus et nous ont demandé très cordialement de les accompagner au commissariat avant de nous amener à la frontière,raconte Fernando Moreno. Ils nous ont expulsés sans explication, sans signer un papier, alors qu’on s’était présentés comme journalistes dès notre arrivée. Pour Jose Luis c’est encore plus grave, il vit ici depuis 17 ans. Ils l’ont séparé de sa femme et de ses enfants, il ne peut plus les voir. »

Le ministre de la Communication Mohamed Lâaraj affirme que les journalistes « se sont présentés comme touristes et ont voulu tourner des images sans autorisation ». Faux, répondent les deux hommes. Reporters sans frontières dénonce une « escalade » dans les violations de la liberté de la presse au Maroc. « Les autorités marocaines n’hésitent pas à expulser les journalistes étrangers, prétextant souvent l’absence d’autorisation de tournage, sauf que les critères pour obtenir ces autorisations de tournage ne sont pas clairs, explique Yasmine Kacha, directrice  Afrique du Nord de l’ONG. Nous avons constaté à RSF les arrestations de sept journalistes citoyens auxquelles s’ajoute l’arrestation de Hamid el-Mahdaoui. » Hamid el-Mahdaoui, directeur du site Badil.info connu pour ses positions critiques envers le pouvoir, a lui été arrêté lors de la manifestation interdite du 20 juillet dernier.

Condamné à trois mois fermes, il a entamé à la suite d’un de ses confrères une grève de la faim. RSF demande sa libération.

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *