Kenya: à l’approche du scrutin, les habitants des bidonvilles fuient Nairobi

Des habitants du bidonville de Kawangware, à Nairobi, en juillet 2015 (photo d'archives)

Des habitants du bidonville de Kawangware, à Nairobi, en juillet 2015 (photo d’archives)

Nairobie, AP- Au Kenya, la tension monte à l’approche des élections générales du 8 août. Les populations des bidonvilles, les zones les plus en proie aux violences post-électorales, fuient l’agglomération et rentrent dans leurs régions d’origine. A Kawangware, les souvenirs des violences de 2007-2008 sont encore vivaces. Les bus en partance pour l’ouest du pays, traditionnel bastion de l’opposition, ne désemplissent pas.

6h30 du matin. Gare routière de Kawangware. Perchés sur un véhicule bleu à l’effigie de Nelson Mandela, des jeunes hissent les bagages volumineux des passagers sur le toit du bus. Melisandre est déjà installée à l’intérieur, son enfant dans les bras.

« Je veux aller voter à la maison, annonce-t-elle. Vous savez parfois les gens parlent de ‘si Raila gagne, ou de si Uhuru gagne, on ne sait pas ce qui peut se passer’. » Certains parents, qui doivent rester travailler à Nairobi, ont décidé de mettre leur famille dans le bus. « Ma sœur envoie ses enfants à la maison. Parce que vous savez, on se sait jamais ce qui peut arriver, vu ce qu’il s’est passé en 2007. »

En 2007, à Kawangware, des violences à caractère ethnique avaient opposé les tribus soutenant Mwai Kibaki, et celles soutenant Raila Odinga. Cette année, la peur de nouvelles violences pousse beaucoup d’habitants appartenant aux tribus favorables à l’opposition à partir.

Rogers gère une compagnie de bus. Il a augmenté ses prix. « Il y a deux semaines ou un mois, cela coûtait 800 shillings. Maintenant cela a doublé. Et cela peut même monter ben plus haut que 1 500 shillings. Pourquoi ? Et bien parce qu’il y a beaucoup de monde, et pas assez de véhicules. Ce bus-là est plein. Donc, nous devons leur dire de revenir demain, ou ce soir. »

Devant la fuite d’un grand nombre de leurs partisans pourtant enregistrés sur les listes électorales à Nairobi, certains politiciens de l’opposition ont lancé la campagne « adopte une station de bus », demandant à leurs militants de convaincre ceux sur le départ de rester à Nairobi pour aller voter.

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *