Présidentielle au Kenya: Kenyatta donné en tête, Odinga juge les résultats «fictifs»

Un policier amène une urne scellée dans l'un des centres de dépouillement, au lycée Jamuhuri, à Nairobi, ce mercedi 9 août.

Un policier amène une urne scellée dans l’un des centres de dépouillement, au lycée Jamuhuri, à Nairobi, ce mercedi 9 août.

Nairobie, AP- Uhuru Kenyatta est en tête, avec 54,57% des suffrages, contre 44,58% pour Raila Odinga, selon des chiffres publiés par la Commission électorale ce mercredi 9 août au matin, portant sur les résultats de 90% des bureaux de vote. La coalition d’opposition ne reconnaît pas ces chiffres provisoires, Raila Odinga les qualifiant de « fictifs ». L’opposition reproche à la Commission électorale indépendante (IERC) de ne pas lui communiquer les procès-verbaux.

Selon des résultats rendus publics peu après 7h T.U. par la Commission électorale, et reposant sur le dépouillement de 90% des bureaux de vote – soit 13,8 millions de vote comptabilisés -, le président sortant Uhuru Kenyatta arrive en tête avec 54,57% des suffrages, soit dix points d’avance sur l’opposant historique Raila Odinga (44,58%).

Quelques heures avant la publication de ces derniers chiffres, le camp de Raila Odinga a reproché à la Commission électorale indépendante (IERC) de ne pas être assez transparente et de ne pas communiquer ses procès-verbaux (PV) qui seraient susceptibles de confirmer les chiffres transmis électroniquement et diffusés en temps réel sur le site internet de la Commission.

Le directeur général de l’institution, Ezra Chiloba, a répondu que les résultats affichés étaient bien basés sur les fameux PV et que le décompte allait continuer.

Situation tendue

Depuis hier soir, le chef de l’Etat fait la course en tête devant son principal adversaire, mais avec des premiers chiffres à regarder avec beaucoup de prudence. Il restait alors encore 30% des voix à compiler. Tout était encore possible, et avec l’opposition qui conteste avant la fin de cette compilation, la situation se tend.

« Nous entrons désormais dans la phase la plus critique du cycle électoral », avait prévenu le chef de l’IEBC, Wafula Chebukati, en début de soirée, hier, appelant les Kényans à la patience. La commission électorale a justifié son choix de poursuivre la diffusion régulière des résultats partiels par souci de « transparence envers les électeurs et le peuple kényan ».

En 2007, les protestations après les résultats avaient entraîné une terrible crise. Les violences avaient fait plus de 1 000 morts et un demi-million de déplacés. En 2013, Raila Odinga, qui était déjà candidat,  avait contesté et porté l’affaire devant la Cour suprême, mais sans succès.

Le taux de participation n’a pas encore été communiqué par l’IEBC. Six autres petits candidats étaient en lice dans cette élection et leurs voix ne pesaient pas plus d’1% au total, toujours selon les résultats partiels de la Commission électorale.

#Kenya #KenyaDecides Ballots checking lasted part of the evening pic.twitter.com/IQA0cE8gfp

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *