Ingérence russe présumée: un directeur de campagne de D. Trump perquisitionné

Paul Manafort, alors directeur de campagne de Donald Trump, en marge de la Convention républicaine, le 14 juillet 2016 à Cleveland.

Paul Manafort, alors directeur de campagne de Donald Trump, en marge de la Convention républicaine, le 14 juillet 2016 à Cleveland.

AP- L’étau continue de se resserrer autour de l’entourage du président américain dans l’affaire de la possible ingérence russe durant l’élection. Mercredi 9 août 2017, on a ainsi appris que le FBI avait mené au petit matin du 28 juillet une perquisition surprise au domicile de Paul Manafort, l’ancien directeur de campagne du candidat Trump.

Depuis le début, Paul Manafort, éphémère directeur de campagne de M. Trump à l’été 2016, période la plus sensible dans cette affaire, est au cœur du dossier, en raison de ses relations avec Moscou et de ses activités et rémunérations obscures.

On ne sait pas ce que les agents de la police fédérale, le FBI, ont trouvé en perquisitionnant l’un de ses domiciles, mais la révélation de cette opération comporte déjà en soi plusieurs éléments importants.

Une possible courroie de transmission

D’abord, le fait que les enquêteurs aient obtenu le mandat nécessaire prouve qu’ils avaient suffisamment d’arguments à présenter pour qu’un juge l’autorise. Ensuite, elle confirme le rôle central de Paul Manafort.

Or, le lobbyiste a un parcours controversé et son carnet d’adresses le fait apparaître comme une possible courroie de transmission entre l’équipe du candidat Trump et le Kremlin.

L’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch, proche de Moscou, fait par exemple partie des dirigeants internationaux à qui il a apporté son expertise.
Il a aussi fait du conseil pour plusieurs oligarques russes.

Manafort a-t-il des choses à révéler ?

Certes, le fait que la perquisition ait eu lieu le 26 juillet, au lendemain de l’audition de Paul Manafort par la commission du Renseignement du Sénat américain, semble être un hasard.

Mais si elle visait essentiellement à déterminer s’il s’était rendu coupable de délits financiers, ce n’est guère rassurant pour la Maison Blanche. Car cela démontre une fois de plus que les enquêteurs ont largement étendu le champ de leurs recherches, et cela pourrait servir à mettre M. Manafort sous pression afin qu’il collabore dans le cadre de l’enquête.

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *