Sa « baraque » des Almadies érigée sans titre légal, démolie…: Me Moussa Bocar Thiam crie au scandale ( Documents )

Me Moussa Bocar Thiam

Dakar, AP– La Direction de la surveillance, de la conservation et de l’occupation des sols -Dscos, a rasé la maison de l’ancien porte-parole adjoint du Parti socialiste, Me Moussa Bocar Thiam., présentement en France. L’avocat, très frustré, a réagi depuis la France, soutenant avoir acquis la parcelle de manière légale. Une source de Leral précise qu’il n’y avait sur la parcelle qu’une construction en baraque, d’une valeur insignifiante. Puisque Me Thiam savait pertinemment qu’il n’a encore rien acquis de légal. C’est la raison pour laquelle, la parcelle de terrain n’était pas valorisée. Alors que le président malien, attributaire de la parcelle, a tous ses papiers légaux, c’est-à-dire bails et autres documents affèrents.

Les sénégalais savent faire le « show », même s’ils n’ont pas le droit avec eux. L’avocat, Me Moussa Bocar Thiam qui pleure la démolition de sa « baraque », sise aux Almadies, aurait tort de se plaindre. La Direction de la surveillance, de la conservation et de l’occupation des sols, maître d’œuvre de cette opération sait bien les contours de cette affaire.
Ainsi, Me Thiam, a accusé le Président malien, Ibrahima Boubacar Keita, l’ex-Directeur des Domaines, Mamadou Mamour Diallo, d’être derrière ce qu’il qualifie de mascarade. Réagissant, il dénonce une volonté de confisquer un bien acquis légalement par un digne citoyen sénégalais pour le confier de manière frauduleuse à un étranger. « Par acte administratif N°60 bis du D.Dk/ADD du 1er décembre 1993, Babacar Ndiaye a été autorisé d’occuper la parcelle. Mais, par un autre acte administratif du 1er aout 2010, ce dernier m’a cédé, les droits, peines et soins sur ladite parcelle. Cette décision a été enregistrée par le chef du bureau de recouvrement de Ngor Almadies sous le numéro 199VE IV F 29 CASE 199 », a-t-il plaidé.
Au préalable, ajoute-t-il, une demande d’autorisation de cession des peines et soins avait été adressée le 31 juillet 2010 au receveur des domaines de Ngor Almadies, Sidy Diakhaté. A la suite de cette transaction, il dit y avoir édifié des impenses, en clôturant la parcelle. Mais, ce que Me Thiam refuserait d’admettre reste que les services de la DSCOS, avait interpellé le Bureau des Cadastres de Ngor. Et l’enquête menée a permis de constater l’existence de deux baux sur le même site. Reprenant au bond Me Thiam, une source de Leral, précise qu’il y avait sur la place qu’une construction en baraque d’une moindre valeur. Et, Me Thiam savait pertinemment qu’il n’a encore rien acquis de légal. Raison pour laquelle, la parcelle de terre n’était pas valorisée. « Si Me Thiam qui proteste avait la légalité de la parcelle, depuis lors, il allait chercher les moyens, ne serait-ce que dans les banques pour la mettre en valeur. Vous-même, vous avez vu les images des « machins » sortis de la baraque. Il n’y a aucun objet qui semble avoir de la valeur financière », dénonce la source. Sur ce, Me Thiam soutient avoir fourni les preuves. Mais, d’après les documents fouillés par Leral, le rapport de la DSCOS contredirait les arguments de Me Thiam. Alors, les services de DSCOS ont estimé être dans la légalité pour faire régner l’ordre. Ce qui a abouti à la démolition de la bâtisse à la fois, de Baba Tandian et de Me Thiam qui sont les deux parcelles, figurant sur le même site. L’ancien socialiste avait, à travers son avocat, non content via son avocat, Me Cheikh Amadou Ndiaye, a déposé une plainte, adressée au doyen des juges, le 29 juillet dernier, avec constitution de partie civile, contre Mamour Diallo, Ibrahima Boubacar Keita et autres pour « corruption, concussion, association de malfaiteurs et enrichissement illicite ». Le conservateur de la propriété foncière, révèle-t-on, avait inscrit une charge sur le lot 15 du Titre foncier (Tf) 7661 NGA, suite à une opposition-annulation du 5 décembre 2017, servie par le sieur Rassoul Johnson. Mais, accuse-t-il, poursuivant dans leur fraude, les susnommés ont changé de fusil d’épaule et reviennent encore à la charge, en prétendant que le lot 15 a été attribué au nommé Ibrahima Boubacar Keita sur instruction. Sous ce registre, Me Thiam considère de grave le fait de délivrer de manière frauduleuse un bail au Président du Mali, Ibrahima Boubacar Keita. En aucun cas, proteste-t-il, le malien ne peut pas se prévaloir d’un droit de bail sur une parcelle qu’il n’occupe pas. Mais, le contact de Leral, bien au fait des secrets, a réaffirmé que le Président malien, attributaire de cette parcelle en question a bien eu ses papiers légaux, c’est-à-dire le bail et autres documents afférents. Donc, regrette-il, Me Thiam qui jusque-là, n’a introduit dans les services des domaines qu’une demande de régularisation, non satisfaite, ne pourrait en aucun cas, poursuivre personne dans la démolition de sa « baraque ». D’après la source, Me Thiam, s’inscrivant dans une logique de faire du tintamarre, sait bien que, c’est de la peine perdue. La décision du Chef de l’Etat est plus « puissante » que toute autre décision ou volonté. ..

Sa « baraque » des Almadies érigée sans titre légal, démolie…: Me Moussa Bocar Thiam crie au scandale ( Documents )

Sa « baraque » des Almadies érigée sans titre légal, démolie…: Me Moussa Bocar Thiam crie au scandale ( Documents )

Sa « baraque » des Almadies érigée sans titre légal, démolie…: Me Moussa Bocar Thiam crie au scandale ( Documents )

Sa « baraque » des Almadies érigée sans titre légal, démolie…: Me Moussa Bocar Thiam crie au scandale ( Documents )

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *