Chine: les journalistes des médias d’État soumis à un test de fidélité

Les journalistes devront passer un examen national numérique pour tester leur fidélité au régime et à Xi Jinping avant la délivrance de leur carte de presse.

Un test de fidélité pour les journalistes des médias d’État en Chine. Fidélité à la pensée du chef de l’État Xi Jinping. À partir du mois d’octobre, 10 000 reporters et rédacteurs en chefs seront amenés à subir un « test pilote », avant la mise en place d’examens nationaux et les cartes de presse ne seront délivrées qu’à ceux qui réussissent.

Comme c’est déjà le cas pour la plupart des grandes entreprises d’État, les journalistes des médias officiels n’échappent pas à la règle : il faut connaitre les citations du président chinois sur le bout des doigts pour avancer dans sa carrière. Selon le quotidienSouth China Morning Post, les tests de fidélité sur l’application mobile Xuexi Qiangguo, sorte de « petit livre rouge » numérique dédié à la pensée de Xi Jinping, devrait concerner dans un premier temps 14 organes de presse en ligne et environ 10 000 journalistes à Pékin.

Cela avant que des examens ne soient mis en place pour l’ensemble de la profession, des épreuves à préparer, là aussi avec la célèbre application lancée par le département de la propagande en janvier dernier. Sur les cinq sections de ce diplôme en socialisme aux caractéristiques chinoises réservé aux médias, au moins deux seront consacrées à la pensée politique du chef de l’État, et une au marxisme.

Ces tests étaient déjà réalisés de façon collective et non numérique « tous les deux ou trois ans » au sein des rédactions nous confie un confrère qui a travaillé pour la Télévision Centrale de Chine. Le numérique venant ici renforcer le contrôle idéologique, sans avoir de répercussions en termes de sanctions. « Une de mes consœurs a obtenu une cinquantaine de points sur l’application, une autre trois mille précise ce même confrère, mais c’est plutôt par excès de zèle ! »

Promotion via l’application

Le bachotage de la politique de la pensée unique serait en revanche un plus pour progresser dans la hiérarchie, sans que jusqu’à présent cela ne nuise à celles ceux qui avaient moins de temps à consacrer à son smartphone. La nouveauté ici consisterait dans le fait de lier l’obtention de la carte de presse à la réussite de l’examen comme l’indique une note publiée par le bureau de contrôle des médias du parti communiste chinois le mois dernier.

Un stress supplémentaire pour les rédacteurs si la décision est effectivement appliquée, car cela viendrait s’ajouter au système de crédit social visant à encadrer le comportement et la pensée des individus. Celles et ceux qui échouent auront toutefois une deuxième chance et pourront repasser l’examen selon les mêmes autorités.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *