Retrait américain de Syrie: Trump s’emporte contre Nancy Pelosy

La chef des démocrates à la Chambre Nancy Pelosy, accompagnée du chef de la minorité démocrate au Sénat Chuck Schumer (D) à sa sortie de la réunion sur la Syrie organisée à la Maison Blanche, le 16 octobre 2019.

AP- La Chambre des représentants a voté mercredi, avec le support de nombreuses voix républicaines, une résolution condamnant le retrait américain de Syrie. C’est sans doute ce qui a mis Donald Trump en colère quand il a reçu les représentants du Congrès.

Donald Trump a une nouvelle justifié sa décision de retirer les troupes américaines de la région mercredi arguant du fait que les États-Unis n’avaient pas à se battre sur le sol syrien, situé à plus de 11 000 kilomètres et que le retour des soldats était une de ses promesses électorales. Mais à Washington, la décision du président reste vivement contestée y compris au sein de son propre camp.

129 des 195 élus républicains de la Chambre des représentants ont voté la résolution qui condamne le retrait des troupes américaines de Syrie. De quoi échauffer Donald Trump. Le président s’en est vertement pris à la chef de la majorité démocrate à la chambre, Nancy Pelosi, lors d’une rencontre à la Maison Blanche.

« Il l’a traitée de politicienne de bas étage »

Elle a du coup quitté les lieux, accompagnée de Chuck Schumer, le chef de la minorité démocrate au Sénat. « Il était insultant. Il l’a traitée de politicienne de bas étage. Ce n’était pas un dialogue, mais une diatribe ! », a-t-il dénoncé. « Le président a craqué, c’est triste à dire », a réagi de son côté Nancy Pelosi.

Les républicains eux sont restés à la Maison Blanche. Mais eux aussi contestent la décision du président. Son plus proche allié au Sénat, Lindsey Graham, l’a encore déclaré mercredi. « Il fait la plus grande erreur de sa présidence. »

« Moi, je veux quitter le Moyen-Orient »

Ce à quoi Donald Trump a répondu quelques heures plus tard. « Lindsey Graham aimerait qu’on reste les mille prochaines années au Proche-Orient avec des milliers de soldats engagés dans les guerres des autres. Moi, je veux quitter le Proche-Orient », s’est-il défendu.

La résolution bipartisane votée à la Chambre n’a pas été soumise aux sénateurs. Mitch McConnell n’a pas encore programmé de vote. Mais le chef de la majorité républicaine au Sénat s’est lui aussi dit opposé à la décision de Donald Trump.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *