Uber en sursis au Québec

Le service de réservation de voitures avec chauffeur Uber menace d'arrêter ses activités au Québec.

Le service de réservation de voitures avec chauffeur Uber menace d’arrêter ses activités au Québec.

AP- Le suspens est à son comble au Québec… Uber menace d’arrêter ses activités dès samedi 14 octobre. L’entreprise californienne emploie 10 000 chauffeurs à temps complet ou occasionnel dans cette province, mais l’entreprise californienne doit désormais obéir à de nouvelles règles. Le gouvernement québécois lui demande de respecter certaines conditions au moment où le projet-pilote mis en place il y a un an vient à échéance.

Le ministère québécois du transport exige tois choses. D’une part, l’entreprise de San Francisco doit vérifier les antécédents judiciaires de ses chauffeurs avant qu’ils ne puissent accéder au site d’Uber. Il faut également que les véhicules utilisés par les clients fassent l’objet d’une vérification technique tous les ans. Et enfin, et c’est surtout là où le bât blesse, les chauffeurs doivent suivre 35 heures de formation, au lieu des 20h jusqu’alors prescrites. Pour le porte-parole d’Uber au Québec, 35h, c’est beaucoup trop. Il a même comparé cette contrainte à celle d’aller suivre une formation à l’Institut d’hôtellerie du Québec pour ceux et celles qui louent leur appartement sur AirBnB.

Uber menace de se retirer

Difficile de dire si l’entreprise multinationale mettra ses menaces à exécution. Ses représentants au Québec refusent de commenter la situation. Il se peut très bien qu’il s’agisse d’un coup de bluff, et qu’après-demain les chauffeurs continuent de prendre en charge les clients comme d’habitude. Pour l’instant, peu de voix s’élèvent parmi les autorités pour défendre ce modèle d’entreprise. Bien sûr, les particuliers qui ont investi pour acheter des voitures neuves en espérant gagner des revenus importants en transportant les gens s’inquiètent à l’idée de voir leur gagne-pain disparaître. Du côté des taxis, on n’ose pas trop se réjouir trop vite. L’arrivée d’Uber il y a trois ans au Québec a fait mal à ce secteur. D’abord, il leur a fallu moderniser les moyens de paiement offerts aux clients, pour eux aussi leur faciliter l’utilisation de cartes bancaires. Puis la propreté et le confort des voitures se sont améliorés. Malgré ces efforts, les revenus de plusieurs chauffeurs ont baissé car la concurrence, désormais, est forte.

Autopartage, covoiturage peuvent concurrencer Uber

Plusieurs spécialistes avancent que déjà le modèle d’affaires s’avère dépassé, et que d’autres concurrents pourraient bientôt arriver sur le marché. Une ville comme Vancouver, à l’autre bout du Canada, n’a jamais permis à Uber de s’implanter, et pourtant les gens s’y déplacent facilement. Cette métropole de l’ouest Canadien se classe même comme la première ville au monde à utiliser le service d’automobiles en libre-service, Car2Go. Le principe est simple, les adhérents prennent le véhicule là où ils ont besoin, et le laissent là où ils souhaitent. Vancouver compte aussi un grand nombre de voitures partagées, ainsi que des chauffeurs pratiquant le covoiturage. Une abondance de moyens de transports qui ne s’explique peut-être pas seulement par l’absence d’Uber. Le stationnement coûte en effet une fortune dans cette ville coincée entre mer et montagnes.

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *