Zimbabwe : plaidoyer pour interdire la dot

image d-illustration

image d-illustration

Harare, AP- Priccilar Vengesai estime qu’il s’agit d’une pratique obsolète qui réduit les femmes à de simples « propriétés », rapporte le journal Herald. Elle suggère que si la coutume est maintenue, les familles des deux époux devraient payer le « lobola » dans l’intérêt de l’égalité des sexes.

Elle a déposé des documents à la Cour constitutionnelle, le plus haut tribunal du Zimbabwe, lui demandant d’entendre son cas au motif que la pratique viole ses droits en tant que citoyen. Mme Vengesai, qui dit vouloir se remarier, n’aimerait pas revivre l’expérience de son précédent mariage.

« Je n’ai pas participé à l’élaboration du prix du lobola. Je n’ai jamais eu l’occasion de demander la justification des montants qui ont été payés », a-t-elle déclaré. L’avocate regrette que tout ce scénario l’ait réduite à « une propriété où un prix a été mis » sur elle par ses oncles qui ont été payé par son mari.

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *