Côte d’Ivoire: travaux de réhabilitation du Chemin-de-fer Abidjan-Ouagadougou

 Le coût des 8 ans de travaux de réhabilitation du Chemin-de-fer de la ligne Abidjan-Ouagadougou-Kaya s'élève à 400 millions d'euros. ©RFI/Frédéric Garat

Le coût des 8 ans de travaux de réhabilitation du Chemin-de-fer de la ligne Abidjan-Ouagadougou-Kaya s’élève à 400 millions d’euros. ©RFI/Frédéric Garat

Abidjan, AP- Gagner du temps en réduisant le trajet jusqu’ici très laborieux, gagner aussi en sécurité et en confort en empruntant la voie de chemin de fer plutôt que les routes dégradées de Côte d’Ivoire : c’est le projet des travaux de réhabilitation du chemin-de-fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya qui ont été lancés ce lundi 4 décembre 2017, dans la capitale économique ivoirienne par la Sitarail, filiale du groupe Bolloré.Cette voie de chemin de fer, l’une des rares en Afrique de l’Ouest, représente un enjeu économique important pour le transport de marchandise et de passagers vers l’hinterland.

Cela faisait des années pour ne pas parler de décennies qu’Ivoiriens et burkinabè attendaient cette réhabilitation de la seule voie de chemin de fer reliant les deux pays. Depuis lundi, 4 décembre 2017, les travaux sont lancés.

A Abidjan à la gare du Plateau Quentin Gérard, le directeur général de Sitarail présente le projet aux ministres des Transports ivoirien et burkinabè.
« 260 milliards de francs CFA sur 8 ans : la première phase 85 milliards de francs CFA qui va concerner la réhabilitation de 30 gares et la consolidation de 337 kilomètres de plateformes. »

Sur les 835 Kilomètres de voies rénovées, les principaux tronçons concernés sont ceux entre Agboville et Tiémélékro, Niangbo et au Burkina Faso, entre Koudougou et Ouagadougou. Plusieurs gares également seront restaurées : Azaguié, Bouaké, Ferké, Bobo-Dioulasso, en Côte d’Ivoire et Siby au Burkina Faso.

Souleymane Soulama, ministre burkinabè des Transports : « Le transport de voyageurs est absolument important pour nous, le fret aussi est capital, le transport des marchandises par train est vraiment moins cher que le transport par camion. »

Amadou Koné, ministre ivoirien des Transports :
« Dans la première phase, ce sera un gain de 20km/heure, donc à peu près 8 heures de gagnées, et c’est déjà pas mal, donc le voyage se fera désormais en moins de 24 heures et c’est important. »

Le coût total de ces travaux de réfection et de modernisation s’élève à 400 millions d’euros, 260 milliards de francs CFA. Un financement sur fonds propres, nous explique Eric Melet PDG, de Bolloré Railways :
« Il est prévu de nouvelles rames voyageurs et de nouvelles locomotives pour faire un nouveau service passagers qui permettra justement d’arriver à 800 000 passagers transportés. »

C’est un renouveau des wagons couchette ? : « Oui des wagons passagers assis et des wagons passagers couchette. Ce sera une combinaison de diminution du temps de parcours, puisque l’on augmente les vitesses de circulation et aussi surtout de matériel neuf pour le transport et l’amélioration du confort des passagers. »

La première phase des travaux achevés, Sitarail espère, en 2021, transporter 300 000 passagers par an et 1 million de tonnes de marchandises. Dans une seconde phase, avec peut-être le transport du manganèse burkinabè de la mine de Tambao, ce sera un pic de 5 millions de tonnes de fret pour 800 000 passagers.

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *