[Focus] Moqueries, harcèlements, stress… : L’enfer des célibataires

AP- Être célibataire au Sénégal est sans doute l’une des situations les moins enviables. Partagés entre stress et pression sociale, beaucoup se sentent harcelés, au point parfois de faire leur choix dans la précipitation. Et bonjour les regrets !

« Un célibataire est un être incomplet », cette citation d’Antoine Claude résume parfaitement la mentalité sénégalaise qui considère les célibataires, à la limite, comme des parias.

Sur les réseaux sociaux, comme dans la société réelle, les personnes qui sont en situation de célibat sont très souvent les cibles privilégiées des hommes et femmes mariés.

Des expressions consacrées, des mots choc, des phrases ‘’assassines », etc. ; les célibataires vivent au quotidien, un véritable bizutage psychologique, surtout en cette période de froid. Ils sont raillés à longueur de journée, parce que dit-on, ils sont livrés à une fraicheur mordante, particulièrement la nuit, sans une ‘’couverture à deux orielles » (chaleur humaine), qu’elle soit un homme ou une femme.

Il n’est pas du tout rare pour un célibataire d’entendre des saillies du genre : « Marie-toi! » « Le froid va vous tuer », « qu’attends-tu pour te marier? » « Comment vivez-vous avec le froid », « espèce de célibataire endurci ».

Certains usent de mots plus forts en les sortant de l’espèce humaine : « célibataire dou nitt » (les célibataires ne sont pas des humains Ndlr). Bref, ils sont partagés entre pression et harcèlement. Et aucune couche sociale, ni catégorie socioprofessionnelle n’est épargnée. Et parfois les remarques se font dans les circonstances les plus inattendues.

Le 12 décembre 2019, à l’Assemblée nationale, lors du vote du budget du ministère des Finances et du Budget, Cheikh Mbacké Bara Doly a demandé à Moustapha Niass de trouver des maris aux femmes célibataires de l’hémicycle. « Monsieur le président, il faut trouver aux femmes célibataires qui sont là, des époux avant la fin de leur mandat. Elles sont au nombre de 13 et je pense qu’elles en ont besoin », déclare-t-il. Poussant sa logique

Share Button
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *