Défense: Macron très attendu pour la conférence sur la sécurité de Munich

Le président français Emmanuel Macron participe pour la première fois à la conférence sur la sécurité de Munich. LUDOVIC MARIN / AFP

AP- La 56e conférence sur la sécurité de Munich s’est ouverte le 14 février dans la capitale bavaroise et réunit de nombreux chefs d’États et de gouvernement. Emmanuel Macron participe pour la première fois à cette rencontre avec une prise de parole prévue ce samedi 15 février 2020.

Avant lui, le dernier président français à avoir pris la parole lors de la conférence sur la sécurité était Nicolas Sarkozy, en 2009. Emmanuel Macron, qui a fait diverses propositions depuis son élection, y compris récemment en faveur d’une plus forte politique européenne en matière de politique étrangère, est très attendu.

« La star de la conférence » ou encore « Macron l’espoir » : la presse allemande reflète les attentes qui entourent l’intervention du président français ce samedi 15 février à Munich. La désorientation de l’Occident et la remise en cause du multilatéralisme figurent au centre de cette 56e édition.

Les quarante chefs d’État et de gouvernements et la centaine de ministres des Affaires étrangères et de la Défense présents dans la capitale bavaroise espèrent en savoir un peu plus sur les conséquences concrètes des propositions d’Emmanuel Macron en matière de politique étrangère et pour l’Europe. La conférence sur la sécurité de Munich a longtemps été un rendez-vous transatlantique.

Les propositions de Macron sur la dissuasion nucléaire 

Les déclarations du président français sur « la mort cérébrale de l’Otan » l’automne dernier pourraient susciter des questions. Emmanuel Macron prendra la parole après le secrétaire général de l’organisation, Jens Stoltenberg, et le ministre américain des Affaires étrangères, Mike Pompeo.

Le président français est aussi attendu sur sa récente proposition d’un « dialogue stratégique » sur le rôle de la dissuasion nucléaire française pour la sécurité de l’Europe, avec des réactions réservées en Allemagne.

La ministre de la Défense allemande, Annegret Kramp-Karrenbauer, qui parlera après Emmanuel Macron a encore souligné le vendredi 14 février que l’Allemagne se plaçait depuis des décennies sous le parapluie nucléaire américain. Une claire fin de non-recevoir aux propositions françaises. Berlin craint que les propositions françaises ne nuisent à une relation transatlantique toujours essentielle en Allemagne.


Les dépenses militaires au plus haut

Les dépenses militaires mondiales ont connu en 2019 leur hausse la plus élevée depuis dix ans, sur fond de rivalités croissantes entre grandes puissances et de course aux nouvelles technologies, indique le rapport annuel de l’institut IISS publié ce vendredi 14 février, à l’occasion de l’ouverture de la conférence sur la sécurité de Munich. La progression a atteint au total 4%, sous l’effet d’une perception accrue des menaces a relevé le directeur général de l’Institut international d’études stratégiques.

Par Franck Alexandre

Dans un contexte international instable, marqué par une série de crises régionales comme en Ukraine, en Méditerranée orientale ou encore en mer de Chine, les budgets militaires des grandes puissances ont connu l’an dernier une hausse exponentielle. Les deux plus importants, ceux des États-Unis et de la Chine ont ainsi bondit de 6,6%.

A elles seules, les dépenses américaines sur un an ont augmenté de 53 milliards de dollars pour atteindre un total de 685 milliards de dollars, très loin devant la Chine qui a consacré pour sa défense, 181 milliards de dollars.

Inquiétudes liées à la Russie

En Europe, pointe le rapport de l’Institut international d’études stratégiques, les inquiétudes liées à la Russie continuent d’alimenter la croissance des dépenses de défense avec une hausse de plus de 4%. les Européens redoutent un désengagement américain et craignent, après la disparition l’an dernier du traité FNI sur les forces nucléaires intermédiaires et la possible extinction l’an prochain du traité New Start sur les armes nucléaires intercontinentales, de se retrouver sous la menace directe de Moscou.

Récemment l’armée russe a annoncé l’entrée en service d’un nouveau missile hypersonique, capable d’atteindre vingt-sept fois la vitesse du son, l’Avangard vanté par le président Poutine comme indétectable et invincible.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *