L’affaire du laboratoire de cocaïne qui éclabousse l’ambassadeur colombien en Uruguay

Les autorités colombiennes ont brûlé le laboratoire de cocaïne découvert dans une forêt à Guasca, en Colombie, le 13 février 2020. Raul Arboleda/AFP

AP- La police colombienne a découvert et détruit le 12 février un laboratoire de cocaïne situé sur une propriété familiale de l’ambassadeur de Colombie en Uruguay. Depuis Montevideo, celui-ci a nié toute implication. Il a cependant mis son poste d’ambassadeur à disposition du président colombien Ivan Duque.

Devant les journalistes, l’ambassadeur de Colombie en Uruguay, Fernando Sanclemente, s’est présenté jeudi 13 février comme une victime de la situation. La veille, la police colombienne a découvert, sur une propriété liée à sa famille, un laboratoire pouvant produire plus de 10 kilos de cocaïne par jour.

Le terrain, situé sur la commune de Guasca, à une soixantaine de kilomètres de Bogota, est dédié à la production de lait et à l’élevage de chevaux. Depuis 1987, il appartient à une société détenue à 50% par la famille de l’ambassadeur.

Fernando Sanclemente en était le représentant légal jusqu’à sa prise de fonction en tant qu’ambassadeur de Colombie en Uruguay en mars 2019. À cette période, il a laissé le statut de représentant légal de la société à son frère. En conférence de presse, Sanclemente a assuré que ni lui ni sa famille n’étaient impliqués. Il a affirmé que le laboratoire était, selon ses termes, « camouflé » dans un bois situé sur cette propriété de 175 hectares.

Il a néanmoins a mis son poste d’ambassadeur à disposition d’Ivan Duque. Le président colombien ne s’est pas encore prononcé sur l’avenir du diplomate.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *