Libye: «la trêve ne tient qu’à un fil», selon l’ONU

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas lors d’une conférence de presse après la réunoin du comité de suivi sur la Libye, à Munich, le 16 février 2020. THOMAS KIENZLE / AFP

Tripoli, AP- Un mois après la conférence de Berlin sur la Libye, la première réunion du comité de suivi de cet accord a eu lieu, ce dimanche 16 février, en marge de la conférence sur la sécurité de Munich, en Allemagne. Le communiqué souligne aussi que de nombreuses violations à l’embargo sur les livraisons d’armes restent d’actualité et qu’un cessez le feu permanent n’a pas été atteint.

Treize ministres des Affaires étrangères, les représentants d’organisations internationales comme l’ONU, l’Union africaine, l’Europe et la ligue arabe. Un mois après l’accord de Berlin, les membres du comité de suivi ont dû le constater : le processus engagé pour une paix en Libye a fait bien peu de progrès.

Dans leur communiqué, ils regrettent les violations de l’embargo sur les livraisons d’armes et appellent les deux parties opposées à négocier la mise en place d’un cessez-le-feu permanent.

Malgré ces minces progrès, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, qui co-dirige le comité de suivi, a voulu saluer ce qui lui paraît positif : l’adoption mercredi 12 février d’une résolution de l’ONU qui donne une plus forte légitimité aux décisions prises à Berlin.

« Le peuple libyen continue de souffrir »

Le ton est plus mesuré chez Stephanie Williams, numéro deux de l’émissaire des Nations-Unies Salamé. Elle a salué la tenue du comité militaire avec des représentants des deux parties ainsi que celle d’une commission d’experts économiques.

Mais Stéphaniue Williams a également souligné que « la trêve ne tient qu’à un fil avec de nombreuses violations – plus de 150 – recensées. Le peuple libyen continue de souffrir. La situation économique continue de se détériorer, exacerbée par le blocus des installations pétrolières. »

Contribution de l’Europe ?

Le respect de l’embargo sur les armes reste à construire. Comment l’Europe peut-elle y contribuer ? Une rencontre des ministres des Affaires étrangères européens ce lundi 17 février à Bruxelles évoquera le sujet.

La prochaine rencontre du comité de suivi de la conférence de Berlin aura lieu en mars à Rome. Il reste présidé par les Nations-Unies mais sa co-présidence est tournante.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *