Trump achève sa visite en Inde par la vente de trente hélicoptères de combat

Donald Trump et Narendra Modi avant leur conférence de presse conjointe à Hyderabad House à New Delhi, le 25 février 2020. REUTERS/Adnan Abidi

AP- Le président américain termine ce mardi soir sa visite d’État de deux jours en Inde sans aucun accord majeur sur les échanges commerciaux, l’un des points de discorde entre les deux pays. Donald Trump a tout de même conclu une vente prévue à l’avance, celle d’hélicoptères de combat pour l’armée indienne.

Trente hélicoptères de combat vendus pour environ 3 milliards de dollars. Voici le bilan résumé de la visite de Donald Trump en Inde. En quelques années, les États-Unis sont devenus les deuxièmes fournisseurs d’armes de New Delhi, signe d’un rapprochement stratégique entre les deux démocraties. Rapprochement sur la question du Pakistan, d’abord, mais aussi sur la Chine : Washington compte plus que jamais sur l’Inde pour contrer l’expansion chinoise en Asie.

« Le Pakistan constituait un problème dans la relation indo-américaine depuis 35 ans. Or maintenant, les États-Unis ne fournissent plus d’aide miitaire au Pakistan, et se sont rapprochés de la position indienne. En plus de cela, la Chine a maintenant une alliance très forte avec le Pakistan, à travers son initiative de la «  route de la soie « . Sur cette question aussi, les États-Unis et l’Inde ont la même position. Donc les deux pays se sont rapprochés rapidement sur les questions régionales », analyse de Neelam Deo, directrice du centre de recherches sur les relations internationales, Gateway House.

Les États-Unis continuent toutefois à maintenir des liens étroits avec le Pakistan, un pays dont Washington a besoin pour sceller la paix en Afghanistan et pouvoir rapatrier ses troupes.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *