Coronavirus: le Sénégal et la Côte d’Ivoire déclarent l’état d’urgence

Des membres des services de santé et d’hygiène sénégalais se préparent à désinfecter les rues d’un marché de Dakar afin de lutter contre le coronavirus, le 22 mars 2020. REUTERS/Zohra Bensemra

AP- Les présidents sénégalais Macky Sall et ivoirien Alassane Ouattara ont proclamé ce lundi 23 mars l’état d’urgence dans leurs pays respectifs. Au Sénégal et en Côte d’Ivoire, des couvre-feux sont instaurés, les déplacements sont limités, les rassemblements interdits et les lieux publics fermés, des restrictions drastiques pour tenter de limiter la propagation du coronavirus.

Le président sénégalais Macky Sall a déclaré à partir de ce lundi 23 mars au soir l’état d’urgence sur tout le territoire pour faire face à la pandémie de coronavirus. Un couvre-feu est instauré de 20 h à 6h. Dans son message à la nation, le chef de l’État a notamment annoncé la restriction de circulation, l’interdiction de tout cortège, rassemblement et manifestation sur la voie publique et la fermeture des lieux publics et de réunion.

Il a prévenu que « ces mesures non-exhaustives pourraient évoluer en fonction des circonstances. » Il estime que « l’heure est grave », a évoqué un risque de « calamité publique » et appelé à une « prise de conscience nationale » face au virus « qui gagne du terrain », qu’il qualifie d’« ennemi vicieux, mortel et invisible à l’œil nu ».

Dans ce message solennel, le président sénégalais a précisé qu’il saisirait l’assemblée nationale d’un projet de loi. Un texte qui permettra au chef de l’Etat de prendre des mesures relevant du domaine de la loi pour une durée de trois mois. Des consultations ont commencé avec les institutions, elles se poursuivront demain avec l’opposition parlementaire, rapporte notre correspondante à Dakar, Charlotte Idrac.

Inquiétudes économiques

Le président sénégalais a aussi souligné les conséquences de la crise sur l’économie nationale. Macky Sall annonce la création d’un fond de riposte doté de 1 000 milliards de francs CFA (environ 1,5 milliard d’euros) qui sera doté par l’État, et « toutes les bonnes volontés ». Le chef de l’État a lancé un appel au secteur privé et aux partenaires.

« L’état d’urgence n’est pas une fin en soi, assure Macky Sall. Il ne s’agit pas également d’arrêter l’activité économique ». Mais le président insiste : « le virus ne se déplace pas de lui-mêmeEn limitant nos déplacements et nos rassemblements, nous avons une chance de gagner le combat ».

D’après le dernier bilan du ministère de la Santé, ce lundi en fin d’après-midi, 12 nouveaux cas ont été testés positifs. À ce jour, le pays enregistre 71 cas sous traitement, 8 déclarés guéris et aucun décès. Après Dakar et Touba, des cas ont aussi été enregistrés à Saint-Louis, Mbour, Thiès, Popenguine et pour la première fois en Casamance, à Ziguinchor.

Huit mesures supplémentaires en Côte d’Ivoire

L’état d’urgence a également été déclaré en Côte d’Ivoire. Le pays enregistre 25 cas pour le moment aucun décès, mais le président Alssane Ouattara, qui s’est exprimé dans une allocution télévisée lundi 23 mars au soir, a annoncé des mesures encore plus drastiques que celles prises depuis une semaine, explique notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto.

Désormais, tous les maquis et restaurants seront fermés à compter de ce lundi soir. Un couvre-feu sera instauré entre 21h et 5h du matin à compter de demain mardi. Les transports seront régulés et les déplacements non-autorisés entre Abidjan et l’intérieur du pays seront interdits. Le président ivoirien a aussi annoncé le confinement des populations par aires géographiques en fonction de l’évolution de la pandémie.

Autre mesure : la création de couloirs humanitaires pour venir en aide aux personnes ayant besoin d’assistance. Au total 8 mesures supplémentaires dont la durée n’a pas été précisées, et qui viennent s’ajouter à celles déjà prises ces derniers jours comme la fermeture des frontières depuis dimanche, la suspension des offices religieux, la fermeture des écoles, ou l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes.

Appel à « l’union sacré »

Alassane Ouattara a aussi annoncé un plan de riposte national d’un montant de près de 96 milliards de francs CFA destiné à renforcer les moyens de prévention et de prises en charge contre le coronavirus.

Dans son message à la nation le président ivoirien a lancé un appel à l’ « union sacrée » et à la « discipline ». Il est d’ailleurs revenu sur une affaire qui a fait beaucoup de bruit la semaine dernière, à savoir la tentative ratée de mise en quarantaine d’Ivoiriens et de résidents de retour de pays infectés, de France en particulier. Plusieurs de ces voyageurs avaient refusé la quarantaine décrétée la veille, et avaient regagné leur domicile.

« Je voudrais condamner les actes d’indiscipline et des cas d’exception qui ont perturbé le démarrage des opérations de mise en quarantaine » a dénoncé le chef de l’Etat qui a ajouté : « Nous sommes tous égaux devant la loi et devant la maladie. Je n’accepterai pas que cela se reproduise ».

Le président ivoirien a enfin invité les leaders politiques, les élus, les religieux, les chefs traditionnels, les syndicats, les opérateurs économiques et la société civiles à s’impliquer activement dans la mise en œuvre de ces décisions.

Share Button
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *