Les anti-avortement revigorés par la présidence Trump

Le président américain s'est adressé à la foule des manifestants depuis la Maison Blanche, vendredi 19 janvier 2018.

Le président américain s’est adressé à la foule des manifestants depuis la Maison Blanche, vendredi 19 janvier 2018.

AP- Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées ce vendredi à Washington pour une marche contre l’avortement. Cette manifestation a  lieu chaque année au moment de l’anniversaire de l’arrêt de la Cour suprême qui a autorisé il y a 45 ans l’avortement aux Etats-Unis. Nouveauté cette année, Donald Trump s’est adressé à la foule par vidéo.

Donald Trump, présenté comme le président qui défend le plus le « droit à la vie » – selon le terme défendu par les anti-avortement par le vice-président Mike Pence, apparait à l’écran. La foule est enthousiaste..

« Aujourd’hui je suis honoré et vraiment fier d’être le premier président qui s’adresse depuis la Maison Blanche à la « marche pour la vie ». »

En réalité Ronald Reagan et Georges Bush ont déjà fait de même mais par téléphone. Qu’importe, voir Donald Trump galvanise les militants, comme Neal Wallace qui porte une casquette aux couleurs du drapeau américain : « Je crois qu’il fait un très bon boulot, vraiment. Je pense qu’il fait de son mieux. Lui et le vice-président Pence sont avec nous. Ils essayent de surmonter une opposition massive et je pense qu’ils y arriveront. »

La foule se dirige vers la Cour suprême. Beaucoup de jeunes sont venus avec leur école en car scolaire. Cela réjouit Susann, retraitée : « Je vois autour de moi beaucoup de visages très jeunes et je vois beaucoup de pancartes « nous sommes la nouvelle génération pour la vie ». Et le mouvement a l’air de plus en plus jeune. Je suis peut-être optimiste mais j’espère que c’est vrai. »

Nouvelles mesures

Ce jeudi le président Trump a annoncé une nouvelle mesure qui restreint le droit à l’avortement. Elle vise à protéger les médecins qui refusent de pratiquer cet acte pour des raisons religieuses.

L’administration Trump n’a néanmoins pas réussi à faire voter toutes les lois qu’elle souhaitait pour limiter le droit à l’avortement, mais pour le sénateur républicain James Lankford, présent à la manifestation, le bilan est néanmoins favorable : « Je dirai sans hésiter que ce président et ce Congrès sont les plus favorables à la vie depuis des années. […] Les administrations précédentes n’appliquaient pas les lois existantes, et disaient « je n’aime pas cette loi et je ne l’appliquerai pas ». Cette administration a décidé d’appliquer toutes les lois qui protègent la liberté de conscience. Elle a retiré les fonds fédéraux qui finançaient des avortements dans d’autres pays, ce qui est un point très important parce que cela signifie que nous n’autorisons pas que l’argent du contribuable permette de financer des programmes qui pratiquent l’avortement. »

Dans le viseur du sénateur républicain, le planning familial dont il prédit la fin du financement en deux parties : « Nous avons réussi à faire passer la première, c’est-à-dire autoriser les Etats à retirer leur financement. Cela a été voté. La deuxième partie est plus difficile. Elle prévoit de cesser tout financement fédéral du planning familial s’il continue de pratiquer des avortements. C’est passé à la Chambre [des représentants]. Au Sénat, nous n’avons pas les 60 voix nécessaires pour adopter le texte, mais nous continuons de travailler sur ce sujet. »

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *