Brésil: Lula poursuit sa conquête du pouvoir malgré l’approche de son jugement

L’ex-président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva pendant un meeting avec des intellectuels au théâtre Oi Casa Grande, à Rio de Janeiro, le 16 janvier 2018.

L’ex-président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva pendant un meeting avec des intellectuels au théâtre Oi Casa Grande, à Rio de Janeiro, le 16 janvier 2018.

AP- L’ex-président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva poursuit sa conquête du pays en vue de l’élection présidentielle d’octobre, et ce malgré son jugement en appel mercredi 24 janvier pour corruption. Même s’il peut être écarté de la course en cas de condamnation, l’ancien syndicaliste – à la tête de l’État de 2003 à 2010 –, multiplie meetings et prises de parole et reste le favori du scrutin.

Mardi 16 et mercredi 17 janvier, il était à Rio de Janeiro devant des intellectuels. Le lendemain, des artistes l’ont entouré lors d’un meeting à São Paulo. L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva poursuit sa course pour un nouveau mandat à la tête du pays et multiplie meetings et interventions. Et peu importe qu’il soit à quelques jours d’un jugement en appel crucial pour son avenir politique. « La police fédérale a menti dans son enquête, le parquet a menti dans ses accusations et le juge Moro a menti dans sa condamnation », a-t-il martelé à Rio.

Favori malgré les accusations de corruption

Très loin devant dans la course pour la présidentielle d’octobre, l’ancien syndicaliste de 72 ans est accusé de corruption. La justice le soupçonne de s’être fait offrir un triplex en bord de mer par le groupe de BTP OAS en échange de faveurs pour l’obtention de marchés publics du géant pétrolier Petrobras. Le fondateur du Parti des travailleurs (PT) avait été condamné en première instance en juillet 2017 à neuf ans et six mois de prison sur cette base par le juge Sérgio Moro.

Mercredi 24 janvier, il doit faire face à son procès en appel. Si l’ex-ouvrier métallurgiste est jugé coupable une nouvelle fois, il pourrait être empêché de déposer sa candidature et ce bien malgré sa forte popularité.

« Faire du neuf avec du vieux »

Avec 36 % d’intentions de vote, l’icône de la gauche sud-américaine crie au complot, dénonce le « processus de criminalisation du PT » et veut séduire ses électeurs avec la même stratégie de son premier mandat : « aider les plus pauvres » pour redynamiser l’économie, notamment « avec une politique de microfinancement », a-t-il dit lors d’un entretien au Monde.

À la tête de l’État de 2003 à 2010, Lula avait été le premier ouvrier à être élu président dans l’histoire récente du pays et quitté le pouvoir avec 80 % d’approbation. Mais depuis la destitution de sa dauphine Dilma Rousseff, le pays s’est enfoncé dans une crise morale, économique et politique sans précédent qui a beaucoup profité au deuxième favori :le populiste d’extrême droite Jair Bolsonaro, partisan de la torture et de solutions radicales, à la façon de Donald Trump à Washington, qui se place en « homme providentiel ».

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *