Coronavirus: aux États-Unis, le chômage explose

Département du travail de l’État de New York, dans le quartier de Brooklyn à New York, États-Unis, le 20 mars 2020. REUTERS/Andrew Kelly/File Photo

AP- Pic record des inscriptions au chômage aux Etats-Unis. Près de 3,3 millions personnes ont fait une demande d’allocation au cours de la semaine dernière.

3,283 millions nouvelles demandes d’allocations chômage en une semaine: c’est presque cinq fois plus que le précédent record qui datait de 1982. L’envolée est brutale, elle témoigne de l’ampleur de la crise suscitée par la pandémie. De nombreux Etats ont ordonné l’arrêt des activités non essentielles. La fermeture des commerces, des restaurants, et de nombreuses industries a immédiatement entrainé ici des mesures de licenciement.

General Electric s’est par exemple débarrassé de 10% de ses employés. Avec la disparition de leur emploi, les salariés perdent aussi leur assurance maladie, ce qui les place dans une situation très précaire dans un pays où les soins sont excessivement chers.

Mais le marché du travail n’est pas entièrement sombre, a souligné le secrétaire au Trésor ce matin : une douzaine de grosses entreprises sont à la recherche de 500 000 nouveaux salariés. Parmi elles, Walmart, un géant de la distribution, CVS, une chaine de pharmacies, ou encore Amazon qui a vu ses commandes livrées à domicile exploser. Ces nouvelles offres ne suffiront pas à compenser les pertes d’emplois.

Pour tenter d’éviter une explosion de drames sociaux, la loi votée la nuit dernière par le Sénat prévoit une augmentation des allocations chômage de 600 dollars par semaine. Pour la première fois, les travailleurs indépendants y auront droit.

Share Button
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *