Cyclisme: Thibaut Pinot, deux Grands tours sinon rien

Thibaut Pinot lors du Tour de France 2017.

Thibaut Pinot lors du Tour de France 2017.

AP- Thibaut Pinot sera en 2018 le leader de l’équipe FDJ-Groupama lors du Tour d’Italie qui s’élance exceptionnellement de Jérusalem le 4 mai et du Tour de France qui partira de Vendée le 7 juillet. En 2017, Thibaut Pinot avait terminé 4e du Giro et avait abandonné durant la Grande Boucle.

D’après un de ses meilleurs copains Arthur Vichot, Thibaut Pinot est capable de monter sur la première marche d’un Grand tour. « Tout se joue au niveau des détails, la différence entre les meilleurs coureurs est de plus en plus infime », raconte le double champion de France de cyclisme sur route. Ça tombe bien, le grimpeur de l’équipe FDJ-Groupama a choisi de faire une nouvelle fois le doublé Tour d’Italie-Tour de France.

Jeune professionnel, il ne voyait que le Tour de France

« Il n’y a pas de raison pour qu’un Français n’arrive pas à gagner dans les prochaines années un Grand tour », avance l’intéressé lors de la présentation officielle de son équipe. L’homme, visiblement très serein, estime que c’est « très compliqué de choisir entre les deux ».

En 2017, le coureur français qui était resté au pied du podium, à 1 minute 17 secondes du vainqueur Tom Dumoulin, avait quitté le pays de Gino Bartali avec une victoire d’étape à la veille de l’arrivée à Milan. Quelques semaines plus tard, il disait adieu au Tour de France lors de la 17e étape. S’il n’avoue pas être fâché avec le Grande boucle, ce nouvel abandon a occulté encore une fois ses bons résultats de la saison (3e à la Tirreno-Adriatico, 5e au Tour de Lombardie).

« Lors de mes premières années professionnelles, je ne voyais que le Tour de France, raconte Thibaut Pinot. Ensuite, j’ai découvert le Tour d’Italie. J’ai fini par comprendre que je devais prendre la Grande Boucle avec envie et insouciance ». Si le Tour de France a révélé le Franc-Comtois en 2012 avec une victoire d’étape, depuis, c’est un peu « je t’aime moi non plus ».

En 2013, c’est même la douche froide. Le public et les médias l’attendent, il est distancé dans la descente du col de Pailhères par Christopher Froome (plus de 6 minutes), et met définitivement pied à terre lors de la deuxième journée de repos alors qu’il a plus de trente minutes de retard sur le Britannique. Après son coup d’éclat en 2012, à 22 ans, le quotidien sportif français L’Equipe avait titré : « Pinot peut-il gagner le Tour ? »

« Thibaut, c’est un coureur tranquille. Ce n’est pas un super ambitieux. L’objectif de l’équipe, c’est de lui faire prendre conscience qu’il a tout ce qu’il faut pour un jour gagner un Grand tour. Le destin fera le reste, mais au niveau physiologique, il a largement le niveau », avance Marc Madiot, manageur de l’équipe, qui espère que son poulain brille au somment du Tour de France, la grand-messe du cyclisme. Le Giro d’Italie, moins médiatisé et plus intimiste, semble de plus en plus ressembler à un tremplin vers cet objectif.

Un programme allégé en début de saison

Pour pouvoir enchaîner les deux Grands tours, Thibaut Pinot aura un programme allégé en début de saison. Et grâce à la Coupe du monde de football, qui repousse le départ du Tour de France au 7 juillet, il aura une semaine supplémentaire pour récupérer entre les deux challenges. « Il a eu une relation difficile avec le Tour de France et il faut lui laisser le temps de digérer tout ça. Je reste persuadé que s’il fait un bon Tour d’Italie, il récupèrera de la sérénité pour aborder le Tour de France », raconte Marc Madiot.

« Je ne pense pas qu’il ait un problème avec le Tour de France. C’est vrai qu’il y a eu des échecs, mais il ne faut pas dramatiser. Il a toutes les raisons de pouvoir s’épanouir sur cette course », confesse son frère et entraîneur Julien Pinot. « C’est un cirque ! » a dit un jour Pinot à propos de la course la plus médiatisée au monde. Mais en tant que leader, et tête de gondole, il ne peut y échapper.

Thibaut Pinot reste ce coureur tranquille, qui fuit les mondanités et déteste s’exposer. Un handicap ? « C’est à la fois une qualité et un défaut. Mais chacun à sa propre personnalité. Chacun doit pouvoir s’épanouir suivant ses propres aspirations », lâche Marc Madiot qui croit toujours que son protégé pourrait succéder à Bernard Hinault, dernier vainqueur tricolore du Tour de France en 1985.

Share
afriquepresse

Afrique Presse est une Agence de presse africaine basée sur le continent Africain plus précisément à Dakar à travers la plateforme www.afriquepresse.net. Cette Agence a vu le jour, le 22 décembre 2013. Son objectif est de mettre à jour des informations utiles et variées dans différents domaines concernant les populations... Read more

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *