Élections au Burundi: l’opposant Agathon Rwasa démonte le processus électoral

Le principal opposant au pouvoir burundais Agathon Rwasa. AFP PHOTO / PHIL MOORE

Bujumbura, AP- Au Burundi, à huit jours d’un triple scrutin dont une présidentielle sans le chef de l’État sortant Pierre Nkurunziza, le principal opposant Agathon Rwasa dénonce dans une lettre envoyée en urgence au président de la Céni, et dont RFI a pris connaissance, les principaux ratés de l’organisation de ces élections par la commission électorale, souvent accusée d’être aux ordres.

L’opposant et candidat à la présidentielle pointe notamment des listes d’électeurs définitives qui n’ont pas été affichées publiquement une distribution « catastrophique » et des bureaux des centres de vote constitués presque exclusivement membres du parti au pouvoir. De quoi ôter toute « crédibilité » à ces élections, si tout ceci n’est corrigé dans les plus brefs délais, selon Agathon Rwasa.

Premier écueil, les listes électorales définitives. La Céni du Burundi a rendu publiques les listes provisoires en décembre, conformément à la loi. Des recours ont été ensuite déposés dans les délais, avant que la Commission ne donne fin février le chiffre définitif des inscrits, quelque 5,1 millions électeurs. C’est sans la douzaine de milliers de Burundais de l’étranger, qui ne vont pas voter officiellement à cause de la pandémie du coronavirus.

Aujourd’hui à huit jours de la triple élection du 20 mai, les listes électorales définitives n’ont pas encore été publiées. Impossible donc de vérifier par exemple si les personnes décédées ou en dehors du pays ont été rayées de ces listes dénonce Agathon Rwasa, qui parle d’un « scandale » électoral de nature à entacher tous les scrutins.

Une Céni impolie, selon le candidat

Autre écueil reproché par le principal opposant burundais : la distribution des nouvelles cartes qui doit prendre fin aujourd’hui est ponctuée selon lui de très nombreuses irrégularités. Des cartes seraient illégalement remises aux chefs de collines issus tous du parti au pouvoir, qui les redistribueraient ensuite à leurs seuls partisans.

Enfin, Agathon Rwasa dénonce la mise sur pied de bureaux des centres de vote, constitués pratiquement des seuls membres du parti CNDD-FDD. « C’est une catastrophe », s’insurge l’opposant burundais en parlant d’une « violation flagrante » du code électoral qui prévoit une composition qui respecte les équilibres politiques.

Agathon Rwasa s’impatiente. Il demande dans sa correspondance « une implication personnelle » du président de la Céni afin d’éviter des irrégularités de nature à faire perdre toute « crédibilité » au processus électoral. L’homme, qui ne mâche plus ses mots désormais, a dénoncé dans un de ses meetings une Céni qui « n’a pas la politesse » de répondre à son appel.

Share Button
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *