Candidature d’IBK à la présidentielle de juillet prochain -IBK rate l’occasion de sortir glorieux, selon l’honorable Mamadou Diarrassouba -Le RPM sauve les meubles

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita, le 13 décembre 2017. © LUDOVIC MARIN / AFP

Bamako, AP- En officialisant sa candidature pour la présidentielle du 29 juillet, le président sortant Ibrahim Boubacar Keita rate l’occasion de sortir glorieux, comme l’avait dit le secrétaire à la mobilisation du Rassemblement pour le Mali (Rpm), l’honorable Mamadou Diarrassouba, et sauve du coup les meubles du parti et de ses alliés.

«Si IBK n’est pas candidat, il sortira glorieux et c’est nous qui souffrirons», avait dit le secrétaire à la mobilisation du Rassemblement pour le Mali (Rpm), l’honorable Mamadou Diarrassouba, lors d’une rencontre avec ses sympathisants dans la 2e région.

Au moment des faits, l’élu de Dioila faisait face à un groupe de jeunes qui l’avaient chargé de dire à IBK de dégager du pouvoir. «Il n’ira nulle part. Je leur demande la clairvoyance, mais Boua doit continuer», avait-il déclaré. «S’il  dégage qui va gérer le pays ? » s’interrogeait-il devant ses militants de Dioila, son fief électoral.

«Au contraire, nous demandons au président de se présenter. IBK ne souffre que d’un problème de ressources humaines de qualité. Pendant cinq ans, il a travaillé avec cinq Premiers ministres. Nous sommes avec IBK et son parti fonctionne grâce à nous. C’est pourquoi il y a eu une rencontre avec le BPN le 9 décembre 2017 dont les chefs de délégation étaient Bokari Treta et Me Baber Gano», a-t-il révélé.

«Lors d’une rencontre avec IBK, nous avons tout dit. Certains militants étaient très remontés. Mais nous leur avons demandé de calmer le jeu, pour éviter qu’IBK ne quitte la salle en nous laissant. Et ne sera plus candidat… Il sortira glorieux et c’est nous qui souffrirons. Il dira aux Maliens, je ne suis plus candidat. Les gens diront qu’il est sorti par la grande porte. C’est un grand patriote. Mais nous, nous allons souffrir…», avait-il dit.

Le secrétaire à la mobilisation du Rassemblement pour le Mali, l’honorable Mamadou Diarrassouba, mobilise à grand coup de communication. Avec des manœuvres aux allures propagandistes, M. Diarrassouba estime le nombre de ses participants à 300 associations et clubs de soutien à la candidature du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita en 2018. Pourtant, une petite salle de 100 places d’un hôtel de la place contient tout ce beau monde.

Séance tenante, le metteur en scène avait déboursé la somme de 10 millions de Fcfa au nom des responsables de cette alliance de soutien à IBK. Une somme destinée à payer la caution du candidat IBK. C’était en présence de plusieurs députés, d’anciens ministres et surtout de membres de la majorité présidentielle.

Un mois plus tard, une dizaine de partis politiques en crise de légitimité se réunissaient pour demander la candidature du président de la République. Mais les pressions ont fini par éroder la logique d’IBK. Il décide alors de se représenter.

En officialisant cette candidature pour la présidentielle du 29 juillet, le président sortant Ibrahim Boubacar Keita rate l’occasion de sortir glorieux, comme l’avait dit le secrétaire à la mobilisation du Rassemblement pour le Mali (RPM), l’honorable Mamadou Diarrassouba, et sauve les meubles du parti et de ses alliés.

André Traoré

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *