«Les religions se créent rapidement et elles font recette en Côte d’Ivoire », selon Pr Francis Wodié

«Les religions se créent rapidement et elles font recette en Côte d’Ivoire », selon Pr Francis Wodié

Abidjan, AP- Pr Francis Wodié, homme politique et éminent juriste ivoirien, a estimé, mercredi lors d’une conférence sur la laïcité en Côte d’Ivoire que « les religions se créent rapidement et elles font recette » dans le pays.

Pour M. Wodié, la question de la laïcité de l’Etat doit être considérée comme réglée au plus haut niveau dès l’instant où les deux dernières Constitutions ivoiriennes reconnaissent la laïcité de l’Etat en affirmant « la diversité religieuse ».

Il faut passer de ce qui est écrit à ce qui est vécu par les populations, a-t-il dit, dans un pays, où « les religions se multiplient, se créent rapidement et elles font recette au double sens du terme ».

Selon Francis Wodié, «affirmer que tout pouvoir vient de Dieu devrait convier à confier le pouvoir aux hommes de Dieu. Or, tous les hommes ne sont pas des croyants».

Il a regretté qu’il existe encore des individus selon qui « tout le monde doit croire en Dieu et tout le monde doit pratiquer une religion, la sienne, qui est la meilleure ». Raisonner ainsi, selon M. Wodié, ouvre « la voie aux incompréhensions qui débouchent sur des conflits, sur des affrontements » et crée « les intolérances religieuses ».

Francis Wodié a émis que « les incertitudes et les faiblesses de chaque religion doivent plutôt conduire à la tolérance et à la laïcité ».

Expliquant les objectifs de cette conférence, Ismaël Touré, Secrétaire général de l’Organisation de la jeunesse musulmane en Afrique de l’Ouest (OJEMAO) a indiqué qu’il s’agit d’un « plaidoyer pour un projet de loi portant sur la laïcité en Côte d’Ivoire ».

« Il faut une loi qui encadre véritablement la liberté religieuse et la laïcité en Côte d’Ivoire. Et c’est pour comprendre ce que c’est la laïcité que nous avons invité le Pr Wodié à nous éclairer avant d’aller à la croisade pour ce projet de loi » a souligné M. Touré qui a fait le constat que « dans beaucoup de localités du pays, des filles sont retirées de l’école pour être inscrites dans des écoles coraniques au motif qu’on leur interdirait le port du voile en classe ».

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *